Sud-Soudan: Pour Riek Machar les conditions d'un retour ne sont pas réunies

(Photo d'archives) - Les combats entre les forces loyales au président Salva Kiir et le vice-président Riek Machar, le vice-président du Soudan du Sud, ont fait au moins 300 morts, jusqu'à ce jour

Le principal opposant du Soudan du Sud demande un délai de six mois avant la formation du gouvernement d'union nationale dont il est supposé devenir le vice-président, en vertu de l'accord de paix signé en septembre 2018 à Khartoum. La date-butoir pour la formation du gouvernement était fixée au 12 mai.

On l'attendait à Juba, il est retourné à Khartoum. Riek Machar s'est finalement arrêté dans la capitale soudanaise mercredi, en quittant le Vatican, après sa retraite spirituelle avec son rival Salva Kiir.

Une fois de plus, il a demandé un délai avant de prendre son poste de vice-président du gouvernement d'union nationale.

Une demande de six mois supplémentaires que Riek Machar avait déjà formulée à plusieurs reprises ces derniers jours, et que son porte-parole au sein du Comité de prétransition a confirmée jeudi matin. Riek Machar, a-t-il dit, « ne viendra pas à Juba sans accord sécuritaire ».

Car pour Riek Machar, les conditions ne sont pas réunies pour son retour. Et de nombreux sujets délicats n'ont pas encore fait l'objet d'un accord définitif : l'unification des factions rivales en une seule armée, le tracé des frontières tribales qui n'est pas encore achevé, et le contrôle sécuritaire de la capitale qui permettrait le retour des déplacés dans leurs maisons.

Les parrains internationaux de l'accord de paix s'attendaient à ce retard. Le Comité de surveillance et d'évaluation de l'accord de paix reconnaissait la semaine dernière que les avancées étaient « très insuffisantes ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.