Burkina Faso: Hadj 2019 - Le coût en baisse de 153 000 F CFA

Le ministre de l'Administration territoriale et des membres du Comité national de suivi du pèlerinage à La Mecque étaient face à la presse le jeudi 18 avril 2019 à Ouagadougou pour une conférence qui tenait lieu de lancement officiel du hadj 2019.

Au menu, «des informations capitales sur l'organisation du pèlerinage», selon les conférenciers. Cette année, les compagnies Sky prime, Air Burkina et Flynas ont été retenues pour le transport des 8 143 pèlerins. Et le coût du voyage est en baisse de 153 000 F CFA par rapport à l'édition précédente, où il s'élevait à 2 400 000 francs CFA.

Un adage populaire dit que celui qui doit effectuer un voyage doit ménager sa monture. Pour le hadj 2019, qui doit se tenir du 9 au 14 août 2019, la monture est bien ménagée et presque prête à transporter les pèlerins burkinabè.

C'est, à en croire en tout cas les commis à l'organisation du voyage religieux qui étaient face aux journalistes ce 18 avril pour le lancement officiel, « à l'issue de plusieurs missions, dont la première conduite par moi-même, que l'Arabie Saoudite a renouvelé le quota de 8 143 pèlerins pour le Burkina », a d'emblée indiqué le ministre de tutelle des pèlerinages religieux, le chef du département de l'Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, Siméon Sawadogo.

Et ce représentant du gouvernement d'ajouter que la convention entre Ouagadougou et Ryad qui doit consacrer la participation du Burkina au hadj 2019 a été signée, de même pour les contrats des différentes prestations relatives au séjour à Mina et à Arafat qui prennent en compte le service de base convenu (tentes, climatisation, tapis). A cela il faut ajouter une autre convention ratifiée en vue du transport des pèlerins une fois en Arabie Saoudite.

Le délai d'inscription fixé au 5 mai

Cette année, ceux qui veulent accomplir le 5e pilier de l'islam devront débourser la coquette somme de 2 132 000 francs CFA. Un montant réduit de 153 000 F CFA par rapport au Hadj 2018 dont les frais se sont élevés à 2 400 000 F CFA.

Cette baisse, selon le ministre de tutelle, a été rendue possible grâce à une subvention de 1 100 000 000 F CFA accordée par l'Etat. Le montant fixé prend en compte le billet d'avion, les prestations des agences de voyages et le séjour à Mina et à Arafat.

Au sujet des agences de voyages chargées de l'organisation pratique du Hadj, Siméon Sawadogo a indiqué que celles qui ont été sélectionnées l'an dernier sont reconduites, exception faite de quelques-unes sanctionnées pour non-respect des cahiers de charges.

Et de préciser que la liste actualisée des agences sera communiquée dans les jours à venir par voie de presse.

Quant au transport aérien, il sera assuré par trois compagnies, à savoir la saoudienne Sky prime, Air Burkina et Flynas. Sky prime a été retenue pour transporter en vol charter le quota de 7 000 pèlerins à partir de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, le reste du quota sera amené en vol régulier, notamment pour ceux qui souhaiteront un court séjour.

Toutefois, ont prévenu les conférenciers, « les candidats devront entreprendre dès maintenant toutes les démarches administratives pour l'obtention de leurs documents de voyage ».

Et de rappeler la contrainte, cette année, de l'établissement du passeport biométrique, ajoutée à la contrainte du délai des inscriptions fixé au 5 mai prochain. En outre, des dispositions seraient prises pour la sécurité des pèlerins dès leur départ jusqu'à leur retour.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.