19 Avril 2019

Burkina Faso: Intelligence africaine de la foi - Le crucifié-ressuscité des Negro Spirituals

Nous avons déjà beaucoup parlé des Negro Spirituals, les chants des esclaves noirs. Dans ces chants, les esclaves insistent beaucoup sur la mort de Jésus et sur sa victoire sur la mort. C'est la passion de Jésus et les conséquences de sa résurrection qui intéressent les Noirs. De fait, les Noirs ont toujours été très impressionnés par la passion de Jésus et ils la décrivent avec des détails comme dans le texte suivant : « Ils ont cloué mon Seigneur contre un arbre.

Ils lui ont mis une couronne d'épines. Oh regardez mon Seigneur sur sa croix ! Il est si pâle et son sang coule fort. Oh c'était un crime, ne pensez-vous pas?

Pendant de longues heures, il a tant souffert ». Ou encore : « Ils l'ont crucifié mon Seigneur, et mon Seigneur n'a pas soufflé mot, pas un mot, pas un mot, pas un mot. Ils l'ont cloué au tronc d'un arbre, et mon Seigneur n'a pas soufflé mot, pas un mot, pas un mot, pas un mot.

Ils lui ont transpercé le flanc gauche, et mon Seigneur n'a pas soufflé mot, pas un mot, pas un mot, pas un mot.

Son sang, coulait goutte à goutte, mon Seigneur n'a pas soufflé mot, pas un mot, pas un mot, pas un mot. Il baissa la tête et mourut, mon Seigneur, sans souffler un mot, pas un mot, pas un mot, pas un mot ».

Si les esclaves noirs chantent le crucifié, c'est parce qu'ils reconnaissaient leur visage dans le visage de Jésus. Ils reconnaissaient leur condition dans la sienne, leur humiliation dans la sienne. Bref, ils se sont pleinement identifiés au Serviteur souffrant.

La mort de Jésus est le symbole de leur souffrance, de leur misère, de leurs oppressions multiples dans un monde hostile. Le temps de Jésus devient leur temps, car Jésus a pris sur lui leur douleur, une fois pour toutes.

« Il est mort pour toi, Il est mort pour moi. Il est mort pour guérir tous nos maux », chantent-ils. La mort ne clôture donc pas le drame du salut. A travers la mort du Christ, Dieu a conquis le pouvoir de la mort.

La mort a été jugulée. La résurrection est la divine garantie que les vies du peuple noir sont dans les mains du vainqueur de la mort et que maintenant la liberté n'est plus une chimère mais une réalité.

Fini, les pleurs! « Cesse de pleurer Marthe ; Cesse de pleurer Marie, Jésus est ressuscité des morts. Quel beau matin! ». Les Negro spirituals donnent un double sens à la résurrection. D'abord, ils nous disent que Jésus est présent. C'est la dimension plus personnelle de la résurrection. Jésus est l'ami proche, l'ami exemplaire qui nous soutient au jour le jour.

Ensuite, Jésus est l'ami Seigneur élevé et qui reviendra. C'est la dimension plus collective, plus cosmique. Nous relevons à ce niveau : un dépassement de l'histoire. Le Christ n'est pas absolument immergé dans l'histoire. La pleine consommation du salut, la libération dans sa plénitude, est pour l'au-delà de l'histoire.

Une affirmation du jugement. Jésus est celui qui a les clés du jugement et qui récompensera les pauvres et les opprimés. Un peu de crainte se mêle à la joie qui nous étreint quand nous pensons au royaume, à la maison définitive. La confiance dans l'attente du retour du Christ.

Burkina Faso

Dr Marie Korsaga, la première astrophysicienne de l'Afrique de l'Ouest

Marie Korsaga évolue dans un milieu dit réserver aux hommes... Et elle y excelle. Elle a brisé les… Plus »

Copyright © 2019 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.