Afrique: Abdellatif Obbad - «Les Jeux Africains 2019 ont une importance considérable pour le Maroc»

interview

A quatre mois du coup d'envoi des Jeux Africains 2019 au Maroc, le Directeur général du comité d'organisation de cet événement sportif qualificatif pour les JO 2020 fait le point pour rfi.fr. Abdellatif Obbad assure notamment que son pays, qui a remplacé la Guinée équatoriale en tant qu'hôte, « sera à l'heure, sans problèmes ». Entretien.

Abdellatif Obbad, quelles sont les dates exactes de début et de fin des Jeux Africains 2019 au Maroc ?

Les Jeux auront lieu du 19 au 31 août. La cérémonie d'ouverture est programmée pour le 19 et celle de clôture pour le 31.

Dans quelles villes auront lieu les épreuves ?

Rabat sera la principale ville et abritera la plupart des compétitions. Il y aura 28 disciplines sportives durant ces Jeux Africains 2019 réparties sur 22 sites de compétition et 22 sites d'entraînement.

A Rabat, on aura le football, l'athlétisme, le karaté, le taekwondo, le judo, le triathlon, le beach volley, le volley-ball, le basket 3x3.

Il y a aussi la ville de Salé, qui est à côté de Rabat. Elle va abriter quelques compétitions comme l'escrime et la boxe.

A Kénitra, il y aura le football féminin. A Casablanca, on aura le handball, la natation et le cyclisme. Il y aura aussi El Jadida où se dérouleront les épreuves de luttes.

Y aura-t-il des sports en démonstration, comme le billard ?

Il y aura effectivement du billard. Nous sommes également en train de voir pour intégrer les échecs.

Avec le Comité de coordination des Jeux Africains (Cojar), on aura une réunion prochainement pour délibérer au sujet des échecs. Un accord de principe a été donné. Mais on va entériner cette décision à la fin du mois.

Combien de pays et d'athlètes sont attendus ?

Cinquante-trois pays se sont déjà inscrits sur le portail en ligne. On attend entre 6000 et 6500 athlètes, avec en plus 800 officiels techniques et 2000 volontaires.

Si l'on considère le temps imparti, accueillir toutes ces personnes est une grosse opération. C'est un défi que nous avons relevé et que nous allons réussir, Inch'Allah.

Où seront logés les athlètes ?

Ils seront logés dans le village principal, situé à l'Université internationale de Rabat, avec une capacité d'accueil d'environ 4000 athlètes. L'autre village sera situé à Casablanca et abritera 1000 à 1200 athlètes.

Faut-il construire de nouvelles installations pour ces Jeux Africains 2019 ?

Nous faisons avec des infrastructures existantes. Nous disposons d'installations qui sont aux normes et homologuées.

Bien évidemment, nous avons apporté des retouches, sachant que 16 disciplines serviront d'étapes qualificatives pour les Jeux olympiques de Tokyo 2020.

En conséquence, il fallait se préparer pour cela, surtout en termes d'homologation et de normalisation des équipements sportifs qui vont accueillir ces Jeux Africains.

La Guinée équatoriale devait organiser ces Jeux Africains 2019 mais s'est rétractée en septembre 2017. Le Maroc a été officiellement désigné en novembre 2018 mais d'un an avant cet événement sportif. Du coup, est que ce sera compliqué de tout mettre en place en si peu de temps ?

Non, ce ne sera pas compliqué. Ça va bien sûr nous demander davantage d'efforts. Mais on sera à l'heure, sans problèmes.

Quel est le budget de ces Jeux Africains 2019 ?

Pour le programme mis en place au début, le budget était de 300 millions de dirhams [environ 27,7 millions d'euros ou 18 milliards de francs CFA, Ndlr].

Sans compter, bien sûr, les petits aménagements, les réfections, qui n'entrent pas dans ce budget. Mais c'est une prévision, pour le moment.

Les autorités marocaines semblent accorder une grande importance à l'organisation de ces Jeux Africains. Pourquoi est-ce si important pour le Maroc ?

Parce que c'est l'Afrique, parce que c'est un événement africain et parce que nous sommes Africains ! Il faut les réussir. Les Jeux Africains doivent se positionner en tant que jeux régionaux ayant leur place à l'échelle mondiale.

Et puis, il ne faut pas oublier que des athlètes de calibre mondial vont venir. Il faut donc leur offrir de bonnes conditions de préparation, d'hébergement, de compétitivité. C'est la raison pour laquelle il faut être au rendez-vous.

Le public marocain connaît sans doute peu les Jeux Africains puisque le Maroc n'a plus participé à cet événement depuis 40 ans. Est-ce qu'il faut faire une grande campagne de promotion de ces Jeux ?

Bien sûr. D'ailleurs, tous les jeux ont besoin d'une campagne de communication. En conséquence, nous allons bientôt contracter un accord avec une entreprise spécialisée dans la communication et qui va commencer à communiquer autour de cet événement, à travers le Royaume et même à l'étranger. Ces Jeux Africains sont d'une importance considérable pour le Maroc.

Pour assister aux épreuves, est-ce qu'il faudra payer ou est-ce que ce sera gratuit ?

Pour le moment, la décision que nous avons prise, c'est que ce sera pour tout le monde, donc ce sera gratuit.

Mais ça ne veut pas dire que l'accès sera ouvert comme ça. Une billetterie va se mettre en place.

Toute une politique autour de la billetterie va être lancée pour que les spectateurs puissent venir dans des conditions de convivialité.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.