Egypte: Révision de la Constitution - Le vote des Égyptiens de France

Référendum en Égypte pour dire « oui » ou « non » à une révision de la Constitution adoptée en 2014. La nouvelle Constitution peut permettre au président Sissi de rester au pouvoir jusqu'en 2024, puis de se présenter pour un troisième mandat, jusqu'en 2030. La révision a été largement adoptée par le Parlement du Caire en début de semaine, le référendum a été annoncé dans la foulée. Il se tient du 20 au 22 avril en Égypte, mais a déjà commencé pour les Égyptiens de l'étranger.

Devant l'ambassade d'Égypte à Paris, une camionnette ornée de drapeaux et de portraits du président Abdel Fattah al-Sissi. Les électeurs rencontrés ce vendredi ont voté « oui » à la révision constitutionnelle.

« J'ai besoin de vingt ans avec quelqu'un qui a les mêmes qualités, qui gère bien le pays et qui fait beaucoup de choses, même plus que ce dont je rêve moi-même », explique cet homme. Un autre dit avoir voté oui « pour la stabilité de l'Égypte et pour faire barrage aux Frères musulmans, parce qu'ils sont partout ».

Parmi les Égyptiens de France, il y a aussi des opposants à la politique d'Abdel Fattah al-Sissi.

Parmi eux, Ayman ne veut pas d'un mandat à rallonges pour le président égyptien. « Ma première réflexion c'était de ne pas aller voter et dire que je ne participerais pas à cette mascarade. Mais après, je me suis dit qu'on a souvent fait ça et ça a toujours donné un seul résultat : c'est la dictature qui gagne. Je me suis dit, cette fois-ci j'y vais, on va se mobiliser, on va essayer de mobiliser le maximum de personnes pour aller voter non. »

Les opposants à la révision constitutionnelle dénoncent aussi l'affaiblissement de pouvoir judiciaire et le renforcement du rôle politique de l'armée égyptienne.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.