19 Avril 2019

Algérie: Imposantes marches pour le 9e vendredi revendiquant le départ des symboles du système

ALGER - Les marches populaires imposantes, revendiquant un "changement radical" et le départ de "tous les symboles du système", se sont poursuivies à Alger, pour le neuvième vendredi consécutif, ont constaté des journalistes de l'APS.

A Alger, dès les premières lueurs du jour, les premiers groupes des manifestants ont commencé à affluer vers l'esplanade de la Grande poste et la Place Maurice Audin, lieux privilégiés de regroupement des manifestants depuis les premières marches du 22 février dernier, après avoir sillonné les principales artères de la capitale, dans un climat serein et pacifique.

Pour ce vendredi, le Tunnel des facultés (Alger centre), ayant connu la semaine passée des incidents entre manifestants et forces de l'ordre, a été fermé dans les deux sens, par mesure sécuritaire conservatoire. Et pour éviter tout éventuel dérapage, des jeunes ont formé une haie d'honneur, entre les services de l'ordre et les manifestants au niveau de cet endroit devenu emblématique au fil des semaines.

Drapés de l'emblème national ou écharpes aux couleurs nationales autour du cou ou sur la tête, les manifestants scandaient des slogans appelant au départ des personnalités politiques encore aux commandes du pays, citant notamment le Premier ministre, Noureddine Bedoui ou encore le Chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah.

Brandi par plusieurs manifestants dès les premières marches, au côté du drapeau national, le drapeau amazigh est présent en force également, à la veille notamment de la commémoration du 39è anniversaire du printemps berbère (20 avril 1980).

Parmi les nouvelles revendications des manifestants, "l'ouverture des dossiers de corruption et de dilapidation des deniers publics par la justice".

Ils ont également scandé des slogans exprimant leur attachement à l'unité nationale et réaffirmant que "la souveraineté appartient exclusivement au peuple". Ils ont également rendu hommage à l'Armée nationale populaire (ANP), tout en entonnant comme à l'accoutumée "djeich-chaâb khaoua khaoua" (Armée et peuple sont frères), en présence d'un dispositif sécuritaire renforcé pour la circonstance.

"Le peuple refuse Bensalah, Bedoui et tout système", "Nous voulons des élections libres et transparentes après le départ du système", "Le seul guide de l'Algérie c'est le peuple", pouvait-on lire sur les banderoles et les pancartes, revendiquant aussi une période de transition.

Les manifestants ont également entonné des slogans refusant catégoriquement les consultations menées par Bensalah, avec notamment l'ancien président de l'Assemblée populaire nationale, Abdelaziz Ziari et

d'autres personnalités politiques, en criant "pas de consultations avec les personnes à l'origine de la corruption", "notre force réside dans notre lutte pacifique et dans notre union".

Pour ne pas déroger à la "tradition" instaurée depuis le début de ces marches, les citoyens notamment les jeunes, se sont attelés au nettoyage de toutes les artères de la capitale pour laisser les lieux propres, faisant preuve d'un civisme exemplaire.

Les mêmes revendications et les mêmes slogans ont été formulés dans les autres régions du pays.

Algérie

Gaïd Salah, l'apparatchik qui joue au Zorro de la République

Et de 14 ! Les Algériens devraient à nouveau descendre dans la rue ce vendredi 24 mai pour exiger que le… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Algerie Presse Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.