Cote d'Ivoire: Forum régional des droits de l'homme - L'apatridie au menu de la première session

La première session du forum régional des Droits de l'homme du Bafing, s'est tenue à Touba le, 19 avril 2019 autour du thème : "Les Droits de l'homme et l'Apatridie".

Elle a enregistré, la participation des leaders communautaires, des associations de jeunesse et de femme ainsi que les représentants de la société civile.

A en croire Doueu Ella, assistante de protection en apatridie de Touba pour le compte du haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (Hcr), "l'apatridie est la situation d'une personne ne possédant aucune nationalité" c'est à dire qui n'appartient à aucun pays du monde.

Un fléau que connaît la Côte d'Ivoire depuis peu, concerne selon elle, 700 mille personnes exposées à son risque. Poursuivant, Doueu Ella, a fait savoir que l'apatridie a pour origine entre autres: le tracé de frontières autresrtificielles par le colon entraînant la dispersion d'un même peuple dans plusieurs pays, la crise armée que la Côte d'Ivoire a connu de 2002 à 2011, l'ignorance et la négligence coupable d'une frange de la population qui rechignent à déclarer les naissances.

C'est pour quoi, elle a exhorté les participants, à inciter les membres de leurs communautés respectives, à la déclaration des naissances. Qui de son avis, est le principal "remède" pour faire face au risque d'apatride même si elle consent qu'en Côte d'Ivoire, la rigidité du cadre juridique constitue une entrave à la lutte.

Elle a achevé son exposé en instruisant son auditoire sur les conséquences de l'apatridie à savoir: la perte de certains droits élémentaires (non scolarisation par exemple) et le risque de propagation du terrorisme étant entendu qu'un apatride n'ayant aucune fibre patriotique, est un potentiel mercenaire prêt à tout moment à intégrer les bandes armées.

Auparavant, le forum a été ouvert par un exposé introductif fait par Zoumave Isidore Jean baptiste, secrétaire général du conseil régional des Droits de l'homme du Bafing.

Dans sa présentation, il indique que les Droits de l'homme, ont pour fondement la déclaration universelle des Droits de l'homme adoptée en décembre 1948 par les Nations unies, consacrant les "droits fondamentaux de l'homme" au nombres desquels nous avons: le droit à: l'éducation, à la santé, à des services de qualité et la liberté d expression. Des Droits que tous les Etats, ont l'imperieux devoir de promouvoir et de préserver.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.