Gabon: Justice - La courte réponse du Ministre au sujet de la plainte de Daniel Cousin

Au sortir de la réunion qu'il a eue avec le Comité Olympique gabonais, Alain-Claude Bilié-By-Nzé a affirmé avoir reçu la correspondance de la plainte de Daniel Cousin. Sauf qu'il y a un hic...

Daniel Cousin, on le sait depuis quelques temps, vient d'ester son pays en justice. L'ex-sélectionneur gabonais réclame la bagatelle somme de 224 millions de francs CFA à ses anciens employeurs. Avant son éviction à la tête des Panthères du Gabon, Daniel Cousin avait allumé le feu au poudre en dénonçant le fait qu'il ne soit pas payé depuis sa prise de fonction. L'intéressé était allé jusqu'à menacer de démissionner si rien n'était fait.

Avant le match contre le Burundi, tout ou presque avait été réglé. Mais la contre-performance du Gabon a poussé les dirigeants à se débarrasser du technicien gabonais, qui a même affirmé avoir été saboté. « On m'a mis les bâtons dans les roues », a-t-il déclaré. Après la réunion avec le Comité Olympique sur les urgences du moment et la tenue très prochainement d'un conseil d'orientation, le Ministre en charge des Sports a déclaré avoir reçu la correspondance par le biais de l'agent de Daniel Cousin. Mais, pour lui « Daniel connait les difficultés actuelles du pays sur le plan financier, donc qu'il soit confiant, il sera payé dès que possible. De toute façon, l'Etat paye toujours ».

A entendre le Ministre en question, le dossier prendra certainement du temps au vue de la situation économique du pays. Rappelons quand même que cette dette englobe à la fois le poste de Manager général des Panthères et celui de sélectionneur. Daniel Cousin avait été le deuxième choix des dirigeants gabonais après le refus de Pierre-François Aubaméyang de prendre en main la sélection du Gabon. Son successeur sera connu très prochainement, mais pour le moment, la bataille risque de faire rage entre Cousin et l'Etat gabonais qui voulait pourtant donner la chance à un entraîneur local.

Lors de la réunion tenue au Palais des Sports de Libreville avec le Comité Olympique gabonais, le Ministre des Sports, Alain-Claude Bilié-By-Nzé est revenu sur l'affaire qui oppose Daniel Cousin à l'Etat gabonais. En effet, pour des raisons de salaires impayés, l'ancien coach du Gabon a décidé d'assigner son pays en justice afin que ses anciens employeurs répondent de leurs actes. Le montant de la somme dû à l'ancien sélectionneur est de 224 millions de francs CFA.

C'est la somme des arriérés de salaire du poste de manager de l'équipe nationale, et de sélectionneur du Gabon. On se rappelle que Daniel Cousin avait en effet déclaré qu'il n'avait pas de contrat de travail, et qu'il n'était pas aussi payé ; les dirigeants avaient alors été avertis que si la situation n'était pas réglée, il démissionnerait. Dès cet instant, le Ministre des Sports avait saisi le problème, et Daniel Cousin était rentré en possession de son gain, mais en partie.

A présent qu'il vit à Marseille, il réclame le reste de cette somme. Alain-Claude Bilié-By-Nzé a déclaré avoir reçu la correspondance de cette plainte par le biais de l'agent de M. Cousin. Il a aussi ajouté que « Daniel connait les difficultés actuelles du pays sur le plan financier, donc qu'il soit confiant, il sera payé dès que possible. De toute façon, l'Etat paye toujours ». Donc pour le patron des Sports gabonais, tôt au tard, Daniel Cousin sera payé. Mais cette réponse devrait-elle plaire à l'ancien attaquant gabonais ?

Pas si sûr que ça, puisqu'il avait affirmé avoir été victime d'un complot. « On m'a mis les bâtons dans les roues », avait-il déclaré. Une façon pour lui de se dédouaner au sujet de la non-qualification du Gabon à la prochaine CAN ; pointant plutôt du doigt les responsables du football gabonais. A présent que la réponse du Ministre vient d'être livrée, une question turlupine la réflexion de plusieurs observateurs du football gabonais, Daniel Cousin sera-t-il payé ?

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.