21 Avril 2019

Libye: Une opération «Volcan de la colère» composée de milices hétéroclites

Près de trois semaines après le début de l'offensive de Khalifa Haftar sur Tripoli, les défenseurs tiennent le choc. Les combattants partisans du gouvernement d'union nationale de Fayez al-Sarraj se sont rassemblés sous l'opération « Volcan de la colère ».

« Volcan de la colère », c'est le nom de l'opération sous lequel se sont rassemblés les combattants liés au gouvernement d'union nationale basé à Tripoli. Mais cette unité sémantique ne doit pas cacher l'aspect hétéroclite de ses hommes qui se battent sous les couleurs de leurs brigades locales.

A ce jeu, la ville de Misrata est, une nouvelle fois, la mieux organisée avec ses milices les mieux armées et le plus nombreuses, mais aussi sa logistique, notamment médicale.

Depuis vendredi, le centre de cardiologie de la ville de Tajoura a pris des accents misratis. Des spécialistes en orthopédie, en traumatologie ou encore en chirurgie vasculaire sont arrivés de la ville de Misrata pour gérer la partie de l'hôpital dévolu aux combattants blessés.

►Ghassan Salamé : le plus inquiétant « c'est la division du Conseil de sécurité »

Les blessés appartiennent justement pour la plupart aux puissantes brigades de Misrata. C'est la coalition al-Bunyan al-Marsous, celle qui a largement participé à la défaite de l'organisation État islamique à Syrte en 2016 qui a été envoyée défendre le front de Wadi Rabi, au sud-est de Tripoli et à moins de 30 km de Tajoura.

Autrement dit, Misrata n'a pas fait qu'envoyer des milliers d'hommes répartis dans une centaine de brigades pour défendre Tripoli contre Haftar. Le conseil militaire de la ville a également envoyé ses médecins volontaires.

L'un d'eux, Mohamed Amer, convient d'ailleurs que sitôt stabilisés, les patients sont envoyés dans un hôpital à Misrata. « Nous avons reçu samedi soir quinze patients, rapporte-t-il. Ils ont différentes blessures. Deux ou trois étaient gravement blessés et deux sont morts. Beaucoup de patients ont été envoyés à l'hôpital de Misrata. Maintenant, il ne reste que cinq blessés dans cet hôpital. »

Libye

11 chaînes de télévision interdites dans l'est du pays

Reporters sans frontières (RSF) réclame des explications au gouvernement intérimaire, basé… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.