Soudan: Le Conseil militaire s'engage «à transférer le pouvoir au peuple»

Dans ce qui est devenu une image emblématique des manifestations au Soudan, Alaa Salah (@oalaa_salah), étudiant en génie architectural de 22 ans, chante de la poésie du haut d'une voiture, vêtue de vêtements traditionnels.

Au Soudan, le chef du Conseil militaire de transition Abdel Fattah Burhan est apparu à la télévision nationale pour annoncer que le Conseil militaire s'engage « à transférer le pouvoir au peuple ». De leur côté, les responsables de la contestation ont suspendu les discussions avec l'armée et appellent à intensifier le mouvement, selon un des porte-paroles, cité par l'AFP.

C'est la première fois qu'il donnait une interview depuis la destitution d'Omar El Béchir le 11 avril, la première également depuis qu'il a remplacé - le lendemain - le général Ibn Auf à la tête du Conseil militaire.

Abdel Fattah Abdelrahman Burhan s'est voulu rassurant à l'égard de la contestation. Il a en effet promis de transférer le pouvoir au peuple. C'est d'ailleurs la principale revendication des manifestants, ils ne veulent pas d'une junte militaire, mais Abdel Fattah Abdelrahman Burhan l'assure, dès cette semaine, il répondra à leur demande.

Des responsables de la contestation suspendent les discussions avec l'armée

Des discussions ont repris samedi 20 avril entre les militaires et les leaders de la mobilisation. Parmi eux, l'Association des professionnels soudanais en première ligne. C'est elle qui avait annoncé une conférence de presse pour ce dimanche soir pour révéler les noms qui composeront un Conseil civil. Hier, un membre de l'Association des professionnels affirmait que le rendez-vous pourrait être reporté au regard des négociations. Mais aujourd'hui ce même membre avait confirmé le maintien de la conférence de presse.

Ce dimanche soir donc, des responsables de la contestation ont annoncé avoir suspendu les discussions avec l'armée et ont appelé à intensifier le mouvement.

« Nous suspendons nos discussions avec le Conseil militaire », a déclaré un porte-parole des organisations représentant la contestation, Mohamed al-Amine, devant des milliers de personnes rassemblées près des bâtiments de l'armée à Khartoum. « Nous considérons le Conseil militaire comme un prolongement du régime » de l'ex-président Omar el-Béchir, destitué le 11 avril dernier, a-t-il ajouté en appelant à intensifier les manifestations.

93 millions d'euros saisis dans la résidence du président déchu el-Béchir

Et pendant ce temps, le Conseil militaire a en tout cas annoncé une saisie d'argent au domicile d'Omar el-Béchir. Une importante saisie. Dès la mi-journée, une vidéo a circulé sur les réseaux sociaux, prétendument tournée dans la résidence de l'ex-chef de l'État. On y voit véritablement des piles et des piles de liasses de billets. Et cet après-midi, c'est le chef du Conseil militaire qui l'a annoncé également. Des membres de la police, de l'armée et des agents de sécurité ont trouvé sept millions d'euros, 350 000 dollars et cinq milliards de livres soudanaises... En tout, cela fait 93 millions d'euros.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.