22 Avril 2019

Cameroun: Un gang de trafiquants devant le tribunal de première instance de Bonabéri

Les membres d'un gang de trafiquants comparaîtront devant le tribunal de première instance de Bonabéri le 26 avril 2019 pour répondre des accusations portées à leur encontre à la suite de leur arrestation à Douala, le mois dernier, avec des écailles de pangolin et de l'ivoire. Les quatre individus ont été arrêtés avec environ 2 tonnes d'écailles de pangolin et environ 200 kg d'ivoire d'éléphant au cours d'une opération de répression menée par une équipe composée d'agents de la faune et de policiers.

Les informations après leur arrestation font état de trafic de produits fauniques, notamment d'écailles de pangolin et de l'ivoire, la marchandise de contrebande étant ensuite transportée au Nigéria. Ils avaient des entreprises de façade pour couvrir le trafic de produits de la faune. L'un d'entre eux utilisait un magasin de téléphones à partir duquel il travaillait, tandis que l'autre s'occupait de poivre et d'un ingrédient local appelé «djansang». Les écailles de pangolin et l'ivoire étaient dissimulés dans les sacs de poivre et de djansang lors de leur transport.

Les rapports ont également affirmé qu'ils avaient activé un vaste réseau de petits trafiquants dans des villes de l'est, du centre et du sud, notamment Batouri, Messanmena, Ngoyla, Abong-Mbang Yoko et Ayos. Les produits illégaux étaient stockés dans les locaux de l'un des trafiquants de Douala et ensuite exportés au Nigéria. À la suite de leur arrestation, une perquisition effectuée dans les lieux a révélé des fragments d'écailles de pangolin jonchant plusieurs pièces.

Après l'arrestation, Francis Durand Nna, délégué régional des Forêt et de la Faune du Littoral, a déclaré: «C'est une grande victoire pour nous, d'avoir appréhendé des individus qui exploitent illégalement des produits de la faune.» L'opération qui a conduit à l'arrestation des trafiquants a bénéficié de l'assistance technique de LAGA, une ONG qui aide le ministère des Forêts et de la Faune dans la traque et l'arrestation des trafiquants depuis 2003.

S'ils sont reconnus coupables, ils risquent jusqu'à trois ans d'emprisonnement et / ou une amende pouvant aller jusqu'à 10 millions de FCFA, les pangolins étant classés dans la catégorie des espèces sauvages totalement protégées. Le Cameroun est l'hôte de trois espèces de pangolins, à savoir le pangolin ventre noir, le pangolin à ventre blanc et le pangolin géant. Des écailles des trois espèces de pangolins ont été trouvées lors de la saisie.

Cameroun

Crise anglophone - Un avocat de la défense de Sisiku Ayuk Tambe et compagnie enlevé ce jour à Bamenda

L'avocat Sang George a été enlevé par un groupe d'hommes non identifiés tôt ce… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.