Burkina Faso: Procès du putsch manqué - La parole aux avocats des victimes

Au Burkina Faso, après plus d'un an, le procès du coup d'État manqué de 2015 entre dans la phase des plaidoiries et réquisitoires. Plus de 300 victimes ont été recensées après les manifestations contre le coup d'État perpétré par des soldats de l'ex-Régiment de sécurité présidentielle. Les avocats des victimes prendront tous la parole pour demander au tribunal de condamner les responsables des morts et blessés durant le coup de force.

Cette phase des plaidoiries concernera uniquement le volet pénal. « Nous demanderons que tous les responsables soient sanctionnés en fonction de leur degré d'implication », a dit Maître Guy Hervé Kam, l'un des avocats des victimes.

Durant les jours qui ont suivi l'arrestation des autorités de la transition, les populations se sont opposées au coup d'État. Les répressions ont fait officiellement 14 morts et 251 blessés. Les avocats des parties civiles estiment que la responsabilité de plusieurs officiers, sous-officiers ou soldats est établie. « On attend seulement que le juge le dise et sanctionne », a poursuivi Maître Kam.

« Triompher la vérité »

Quant aux parents des victimes, ils comptent sur leurs avocats pour voir « triompher la vérité ». Patrice Bazié, le secrétaire général de l'association des parents des victimes du coup d'État, estime que seulement une partie de la vérité est connue. « Personne n'a accepté la paternité du coup d'État. On a l'impression que c'est un coup survenu par un miracle », s'indigne-t-il.

Pour certains parents des victimes, le verdict de ce procès devra servir de leçons. « Au-delà de toute autre considération, soutient Bamouni Nebon de la coordination des associations de victimes, chacun doit répondre de ses actes. » S'ils sont reconnus coupables, certains accusés risquent des peines de 5 à 20 ans de prison ou la perpétuité.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.