22 Avril 2019

Congo-Kinshasa: En marge de la fête de Pâques - Fatshi - Monsengwo, enfin le dégel !

La journée d'hier dimanche 21 avril 2019, qui a marqué la résurrection de Jésus-Christ pour les chrétiens du monde entier, a connu la participation fort remarquée du Chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi, au culte d'action de grâce célébré par le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya à la Cathédrale Notre Dame du Congo, à Kinshasa.

La participation du premier cité au culte et sa célébration par le second cité ont constitué une petite surprise pour des millions de Congolaises et de Congolais, qui n'ont pas encore oublié les prises de position de l'Eglise catholique du Congo en général et de ce prélat en particulier face à ce que d'aucuns appellent la « vérité des urnes ».

L'atmosphère s'est davantage apaisée quand, à la fin du culte, le Chef de l'Etat a accepté de partager un petit verre de famille avec l'ancien Archevêque de Kinshasa et les paroissiens de la Cathédrale Notre Dame du Congo.

Même si le Président de la République n'est pas rancunier et qu'il s'est inscrit, depuis son investiture, dans la dynamique de la paix, du pardon et de la réconciliation entre filles et fils du pays, les observateurs ne s'attendaient pas à le voir, de si tôt, serrer la main de celui qui, tout récemment encore à Bruxelles, avait déclaré publiquement que Félix Tshisekedi n'avait pas gagné les élections et qu'il devait avoir le courage de reconnaître sa défaite électorale

On a noté que la glace était brisée hier entre les deux personnalités, devant témoins.

Car le Cardinal Monsengwo, dans son message de circonstance, a fait savoir à l'assistance que le Chef de l'Etat était venu rendre une action de grâce depuis son avènement à la tête du pays et émis le vœu que son mandat soit fructueux, pour le bien du peuple de Dieu. Le célébrant du jour a pris l'engagement de prier pour la réussite du mandat du Président de la République et de toute son équipe de travail. Ces mots aimables, venus du fond de son cœur, ont été perçus par tous comme un signal de la fin de sa campagne de contestation des résultats de l'élection présidentielle du 30 décembre 2018.

On ne peut que saluer son attitude à se conduire en véritable homme d'Etat et en Président de tous les Congolais. On se souvient que dans son discours d'investiture, le 24 janvier 2019 au Palais de la Nation, il avait indiqué que son avènement à la tête du pays devait n'était pas la victoire d'un camp sur un autre mais celle de l'ensemble des citoyens de la République Démocratique du Congo.

En principe, plus rien ne devrait assombrir les relations entre un prélat foncièrement opposé aux « médiocres » dans la gouvernance du pays et un Chef de l'Etat décidé à « déboulonner » l'ancien système et ses antivaleurs.

Congo-Kinshasa

La DGM lance une opération de contrôle des étrangers

Combien d'étrangers y-a-t-il en RDC ? Quelles sont leurs activités réelles ? Combien parmi eux sont… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Le Phare. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.