Cameroun: Place à la relance économique

La visite du Premier ministre sonne comme un appel pressant à tous les enfants du département à s'impliquer dans son développement, et aux investisseurs à revenir.

Les populations de la ville de Nkongsamba en particulier et celles du Moungo en général, n'oublieront pas de si tôt la visite du Premier ministre, Joseph Dion Ngute, représentant personnel du chef de l'Etat, Paul Biya, à la première édition du Festival du Moungo (Festim), le jeudi 18 avril dernier. Au delà du festival, de l'enthousiasme, du faste, de l'allégresse et de la joie bien compréhensibles qu'elles exprimaient, l'enjeu économique pour ce département ne leur a pas échappé, encore moins à l'illustre envoyé du président de la République.

« Par ma voix, dira le PM, le chef de l'Etat veut faire passer certains messages aux élites, aux populations, aux hommes d'affaires et à d'autres qui voudraient investir dans le Moungo. Le Moungo a toujours été un vivier pour le Cameroun, une zone de forte production en quantité et en qualité. Il y a eu une période pendant laquelle le café ne se vendait pas bien, ce qui a fait que certaines choses ont déprécié dans le Moungo. Maintenant, il y a un regain dans ce secteur et les élites, sous la conduite du ministre Lejeune Mbella Mbella et des autorités administratives, ont voulu faire renaître cette solidarité pour que cette production, cet enthousiasme reviennent dans le Moungo.

C'est pour cela que le chef de l'Etat a trouvé important de m'envoyer pour attester de l'importance qu'il accorde à ce département », souligne le PM. Un appel reçu cinq sur cinq par l'élite et les populations, au regard du retard que leur département a à rattraper. D'où les premières actions fortes mises sur pied sur l'initiative du ministre Lejeune Mbella Mbella, en appui aux efforts constants des pouvoirs publics en vue du développement de la contrée. La création du Comité de développement du Moungo (Codem), une structure regroupant tous les fils et filles du Moungo, avec deux composantes, le Festim et le Fonds de développement du Moungo (Fodem).

Toutes choses devant servir, selon le ministre à amener les uns et les autres « à conjuguer les efforts, se mobiliser pour relever les défis du développement, avec en bonne place la valorisation des nombreuses ressources dont regorge le Moungo. Sa capacité à s'approprier les nouvelles opportunités notamment la relance de la filière café, la création voulue et souhaitée d'un technopole agro-industriel pour booster le développement, le développement accru de l'économie numérique... et projeter ainsi positivement le département aux plans national et international. Investissons-nous dans ce feu qui vient d'être allumé et qui mérite d'être entretenu", a-t-il souligné.

Hier encore troisième ville du Cameroun, Nkongsamba et le Moungo fascinent aussi bien par leur histoire que leurs réalités actuelles. Entre la nostalgie du passé et les interrogations quant à ce nouveau départ, plus personne dans le département n'est indifférent. Riche de ses hommes et femmes, et de la fertilité de son sol, des productions de qualité et quantité, de la diversité de sa population, du dynamisme de sa jeunesse, l'espoir d'un (re)décollage éco nomique reste intact et permet d'entretenir le rêve. Celui du Moungo Time, mis en exergue par ce premier Festim qui tend la main aux investisseurs.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.