Cameroun: Festival du Moungo - Le Premier ministre en guest star

Joseph Dion Ngute a procédé à l'ouverture de cette manifestation économique et culturelle jeudi dernier à Nkongsamba au nom du chef de l'Etat.

Exit le festival du Moungo, (Festim). Les dernières notes de cette fête économique de la culture ont été distillées samedi dernier à Nkongsamba. La mythique ville, la troisième du Cameroun du temps de sa gloire a fait vibrer le Littoral, le pays tout entier et ceci pendant cinq jours. Le chef de l'Etat en personne a donné son onction. Pour traduire ces bonnes dispositions en acte concret, le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute, a été dépêché jeudi dernier dans le Moungo.

Fait assez rare pour être salué par l'élite du Moungo rassemblée autour du promoteur de ce festival, Lejeune Mbella Mbella. En présence du gouverneur de la région du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, le ministre des Relations extérieures, est presque sorti de la réserve diplomatique, mercredi dernier à l'arrivée du Premier ministre à Ebone, pour dire à Joseph Dion Ngute combien le Moungo tout entier était dans l'allégresse. La sollicitude constante du chef de l'Etat en faveur de l'élite de ce département, creuset de l'intégration nationale et du vivre ensemble, et surtout la désignation du Premier ministre en qualité de représentant personnel du chef de l'Etat, ont donné du relief au festival du Moungo.

Et jeudi dernier à la faveur de la cérémonie officielle d'ouverture, place des fêtes de Nkongsamba, on a vu Lejeune Mbella Mbella esquisser des pas de danse avec l'auteur -compositeur de la chanson à succès « Nkongsamba »... le célèbre Ndedi Eyango. Mais le ministre des Relations extérieures ne sera pas le seul à se laisser entraîner par ces notes qui magnifient Nkongsamba. Le ministre d'Etat, Laurent Esso, sortira de sa réserve habituelle pour « un farotage» du célèbre musicien, geste aussitôt suivi par l'ensemble des membres du gouvernement ayant accompagné le Premier ministre au Festim. C'est cette communion que le gouvernement veut impulser au sein des populations, a-t-on suivi lors des différentes prises de parole.

Le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Nkongsamba, Dr Basile Kollo, a, au nom des 452 722 habitants du Moungo, exprimé sa gratitude au président de la République. La parade traditionnelle qui a suivi a exposé la richesse culturelle de ce département mais aussi sa forte propension à l'hospitalité. En effet, au cours de la parade digne des exhibitions carnavalesques, les différents courants culturels du pays ont été représentés. Les membres du corps diplomatique, en bonne place à la tribune officielle, ont apprécié le spectacle tout comme le nombreux public qui s'est donné rendez-vous à Nkongsamba, ville carrefour. Pour cette première édition du Festim, le Moungo a sorti tout ce qu'il a de beau, d'illustre.

Une fête du vivre ensemble

En s'adressant à ce peuple chaleureux, le PM a eu ces mots de gratitude « Je voudrais en cette belle occasion, remercier très sincèrement les chefs traditionnels du Moungo qui m'ont introduit dans leur très selecte société secrète. Ceci pour moi prouve à suffisance que certes vous accueillez le Premier ministre, chef du gouvernement, représentant personnel du chef de l'Etat, mais aussi que vous avez accueilli, un des vôtres, un fils du Moungo... » Joseph Dion Ngute a eu également des mots de gratitude à l'endroit du Comité de développement du Moungo qui a eu l'heureuse initiative de ce festival. En direction de l'ensemble des populations, le chef du gouvernement a exprimé la satisfaction des pouvoirs publics pour l'hospitalité apportée aux déplacés internes du fait de la crise qui paralyse le Sud-Ouest voisin. Le Festim a surtout laissé voir les costumes des festivaliers, les danses exécutées, les chansons entonnées.

De quoi faire dire au ministre des Arts et de la Culture, Bidoung Mkpatt que « les festivals comme celui qui nous rassemble ce jour, nous démontrent à souhait qu'avec la culture, il est possible de montrer le chemin vertueux aux hommes et aux femmes de bonne volonté, de les mobiliser autour d'un idéal fédérateur... C'est la raison pour laquelle le ministère des Arts et de la Culture a toujours soutenu et continuera à soutenir, toute initiative qui va dans le sens de la création artistique... »

Mais le Festim avait surtout une forte tonalité économique. Aussi a-t-on suivi le ministre du Commerce indiquer la voie à sui vre. Luc Magloire Mbarga Atangana s'est fait l'apôtre de la promotion des biens et valeurs culturels. Le Moungo, a-t-il relevé, en même temps qu'il expose sa diversité culturelle est connu dans le couloir économique à travers la banane, le poivre, le café robusta de Melong sans oublier l'huile de palme, l'ananas ainsi que les fleurs qui ornent maisons et appartements au Cameroun voire au-delà.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.