23 Avril 2019

Congo-Kinshasa: Confusion à l'Assemblée nationale - Le bureau se rétracte et invalide Lokondo

Y aura-t-il élection ce mardi 23 avril des membres du bureau définitif de l'Assemblée nationale suivant le calendrier annoncé ? Difficile de répondre à la question après la plénière tendue de lundi qui a abouti à l'invalidation dans la confusion du candidat indépendant au perchoir, Henri-Thomas Lokondo.

Entretemps, l'Opposition, gonflée dans ses rangs de dix élus dont les pouvoirs venaient d'être validés, a claqué la porte en revendiquant sa représentativité « équitable » au bureau avec deux postes.

L'audition des candidats aux différents postes dans le cadre de la campagne n'a finalement pas eu lieu comme prévu dans un hémicycle où les pesanteurs politiques de la Majorité ont pris les dessus face à un bureau provisoire embarrassé par le cours d'événement.

L'élection du bureau définitif de l'Assemblée nationale est prévue ce mardi 23 avril. Mais la candidature du député national Henri-Thomas Lokondo au poste de président de la Chambre basse du Parlement a été rejetée à la suite d'une motion incidentielle du député de la Majorité François Nzekuye.

Selon ce dernier, le Règlement intérieur dispose que seuls les partis, regroupements politiques peuvent présenter des candidatures aux postes du bureau. Et suivant le rappel de la Cour constitutionnelle conditionnant la lecture de cet article 27 alinéa 2 conformément à l'article 101 alinéa 2 de la Constitution, qui veut qu'il y ait des candidats indépendants.

Cela veut dire qu'il est possible qu'il y ait des élus indépendants qui doivent bénéficier de même droit à l'Assemblée nationale. Malheureusement pendant cette législature, il n'y a aucun élu indépendant. Lokondo se présentant au poste de président n'est pas indépendant. C'est ainsi qu'on ne peut pas retenir sa candidature.

De son côté Lokondo indique qu'il est toujours candidat et viendra participer au vote. D'après lui, si le bureau provisoire a reconnu que la motion du député Nzekuye est non réglementaire, mais plutôt politique pourquoi le président Maloka l'a soumise au vote ?

C'est un véritable coup de théâtre vécu hier lundi 22 avril 2019 à l'hémicycle du Palais du peuple. La machine du Front commun pour le Congo (FCC) a déroulé toutes ses artilleries, du reste, peu commodes à la démocratie pour écarter Henri-Thomas Lokondo.

Preuve que la candidature de l'élu de Mbandaka troublait complètement la quiétude pour l'élection de la candidate du PPRD Jeannine Mabunda. Le président du bureau provisoire Pierre Maloka, visiblement dépassé par le cours d'événement, n'a pas pu résister à la forte pression.

C'est dans toute la confusion que le président du bureau provisoire a repris la parole après une longue suspension de la plénière pour faire suite à deux motions incidentielles qui restaient pendantes.

La première motion a été celle du député Albert Fabrice Puela demandant la validation de sa candidature au poste de rap- porteur-adjoint au nom de la Dynamique de l'Opposition, au motif que le retrait décidé par son regroupement politique est intervenu après le délai de dépôt. Pas de suite positive. Le bureau a estimé qu'à tout moment un regroupement ou parti politique pouvait retirer l'investiture de son candidat. Conséquence, pas de soumission de la motion au vote.

Le cas attendu, celui de Lokondo s'est révélé surprenant. Pierre Maloka a pris soin d'indiquer que la motion soulevait par le FCC Nzenkuye n'était pas du domaine réglementaire plutôt politique. François Nzekuye tenait absolument à l'invalidation de la candi- dature de Lokondo...

Une question qui ne relevait pas du domaine réglemen- taire a du coup était soumise aux voix. Le malaise est perceptible au même moment entre les trois membres du bureau qui repartent sans dire mot. Entretemps, l'audition des candidats aux différents postes n'a pas eu lieu.

Report de la rencontre FCC - opposition et le chef de l'Etat

La réunion qui devait mettre autour d'une table, hier lundi 22 avril à la cité de l'Union africaine, le chef de l'Etat Félix-Antoine Tshisekedi, le bureau provisoire de l'Assemblée nationale et des députés nationaux de l'Opposition et de la Majorité, a été décalée, à cause note-t-on de l'agenda chargé du Président de la République.

Selon Christophe Lutundula, le chef de l'Etat entendait par cette rencontre avoir l'état de la situation de la session extraor dinaire à l'Assemblée nationale. Et voir dans quelle mesure résoudre l'un ou l'autre problème qui se poserait pour clôturer la session.

Congo-Kinshasa

La DGM lance une opération de contrôle des étrangers

Combien d'étrangers y-a-t-il en RDC ? Quelles sont leurs activités réelles ? Combien parmi eux sont… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.