Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire

Alger — Les discussions amorcées samedi entre les meneurs de la contestation et le Conseil militaire de transition aux commandes du Soudan en vue de transférer le pouvoir à une autorité civile ont été suspendues dimanche par les responsables de la contestation.

"Le Conseil militaire de transition au pouvoir n'est que le prolongement du régime d'el-Bachir avec qui il est impossible de négocier et de se mettre d'accord sur quoi que ce soit ", ont justifié les meneurs de la contestation.

Samedi, les dirigeants militaires et les leaders de la contestation avaient convenu de s'assoir autour de la même table et de tenter de trouver un terrain d'entente pour le transfert dans la douceur du pouvoir à une autorité civile exigée par les Soudanais comme un préalable pour la gestion d'une période de transition devant déboucher sur l'organisation d'une présidentielle démocratique.

Les manifestants massés devant le QG militaire ont longuement réagi avec les propos en question, en agitant tantôt le drapeau soudanais et en scandant tantôt "Liberté, paix, justice". "Notre révolution est civile, elle est protégée par le peuple", lançaient avec chœur d'autres manifestants.

Le chef du Conseil militaire de transition, le général Abdel Fattah al-Burhane, a fait monter la pression sur les manifestants en "condamnant le blocage de routes et la fouille de personnes sans en avoir l'autorité", lors d'une rencontre avec des officiers de haut rang, faisant allusion aux barrages et points de contrôle établis par les manifestants aux abords du QG de l'armée.

Lire aussi: Soudan: l'annonce d'un Conseil civil attendue durant les prochaines heures

S'adressant plus tôt dans la matinée de dimanche aux Soudanais, le général Burhane avait affirmé à la télévision son "engagement à remettre le pouvoir au peuple", et promis que l'armée répondrait dans la semaine aux demandes des manifestants, qui réclament le transfert du pouvoir, entre les mains des militaires depuis la destitution du président Omar el-Bachir le 11 avril, à une autorité civile qui aura pour mission la gestion de la période de transition.

Le général al-Burhane avait également indiqué dans son intervention télévisée, la première depuis sa prise du pouvoir, que l'équivalent de 113 millions de dollars, en devise américaine, euros et livres soudanaises, avaient été saisis dans la résidence de M. el Béchir.

Le successeur au général Ould Aouf a fait savoir aussi qu'une délégation soudanaise va se rendre à Washington pour discuter d'un retrait du Soudan de la liste des pays soutenant le terrorisme.

Les assurances du général al-Burhane n'ont pas suffit à apaiser la colère des soudanais affirmant de ne pas quitter les alentours du QG de l'armée avant que leurs revendications soient totalement satisfaites notamment le transfert du pouvoir à une autorité civile.

Déclenchées le 19 décembre, les manifestations au Soudan ont fini par pousser l'armée à destituer le président Omar el-Bachir au pouvoir depuis 1989, le 11 février dernier et à le mettre depuis samedi dernier en prison.

Cap sur la relance économique

Les rebondissements politiques qu'a connus la crise au Soudan ces derniers jours après la destitution de Omar el-Bachir ont poussé certains pays à exprimer à la fois leur satisfaction et leur soutien pour la relance de l'économie dans ce pays frappé depuis plusieurs années par une crise économique sans précèdent.

Les difficultés économiques dans ce pays sont derrière les manifestations qu'a connues le Soudan le 19 décembre dernier suite à la flambée des prix du pain et de la majorité des prix des denrées alimentaires de base.

Parmi les capitales ayant exprimé leur intention de venir en aide au Soudan, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis lesquelles ont annoncé dimanche un soutien financier commun de 3 milliards de dollars.

Ce soutien prend la forme d'un dépôt de 500 millions de dollars dans la banque centrale soudanaise et d'une somme 2,5 milliards destinée à financer les besoins du peuple soudanais en produits alimentaires, médicaments et produits pétroliers, a indiqué l'agence saoudienne de presse SPA, sans préciser s'il s'agit de dons ou de prêts.

Lire aussi: Soudan: manifestation devant le QG de l'armée

Les Etats-Unis, qui avaient salué jeudi les premières mesures prises par les militaires, avaient également annoncé la venue à Khartoum de la responsable du département d'Etat américain chargée de l'Afrique de l'Est, Makila James, "ce week-end".

Les Etats Unis vont sans doute proposer de l'aide financière à Khartoum, parient de nombreux observateurs de la scène internationale.

Dans la liste des pays qui peuvent apporter dans les jours à venir leur soutien financier, il y a la Russie et de nombreuses capitales arabes, affirment en outre les observateurs.

Amputé de trois quarts de ses richesses naturelles après la sécession du Soudan du Sud suite à un référendum populaire en 2011, Khartoum est devenue un territoire austère où la vie devient de plus en plus complexe.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.