Congo-Kinshasa: Justice - Plus rien ne bloque désormais le retour de Moïse Katumbi

La Cour de cassation a annulé dernièrement le jugement de condamnation contre l'ex-gouverneur du Katanga dans une affaire de spoliation d'immeuble largement considérée comme un procès politique, balisant ainsi la voie à son retour imminent au pays.

En tout cas, plus rien ne devrait plus s'opposer au retour de Moïse Katumbi en République démocratique du Congo (RDC) après l'annulation par la Cour de cassation de la condamnation de trois ans de prison qui lui était infligée, en juin 2016, par le tribunal de paix de Lubumbashi, dans une affaire de spoliation immobilière qui le mettait aux prises avec le Grec Stoupis. Cette haute juridiction a également annulé la peine d'un million de dollars de dommages et intérêts qui avaient été prononcée à l'encontre de l'opposant en exil.

Tout compte fait, l'ex-gouverneur du Katanga est en passe de rentrer dans son pays en homme libre, le pouvoir ayant entre-temps changé de main. Le régime Kabila, qu'il avait dénoncé d'acharnement contre sa personne via une justice instrumentalisée n'étant plus aux commandes, l'on croit savoir que la voie est balisée pour le leader d'Ensemble pour le changement, attendu incessamment au pays. « Tout le monde peut aujourd'hui être soulagé, Moïse Katumbi va rentrer très bientôt en République démocratique du Congo, il fixera lui-même la date de son retour qui est maintenant de toute façon certain et imminent », a déclaré Olivier Kamitatu, tout en indiquant que l'intéressé aura des choses à révéler au public dès son retour. Lavé de tout soupçon par la Cour de cassation, Moïse Katumbi aura à s'adresser à l'opinion tant nationale qu'internationale. Et l'on croit savoir qu'à cette occasion, il fera d'importantes révélations.

Outre cette affaire, Moïse Katumbi est également poursuivi dans un autre dossier judiciaire pour atteinte à la sûreté de l'État à la suite d'une enquête diligentée par le Parquet général sur des soupçons de recrutement de mercenaires. Un dossier encore pendant qui, selon maints analystes, ne pourra s'interposer pour bloquer le retour de l'opposant qui n'est plus désormais sous la menace d'aucune peine de prison.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.