Congo-Brazzaville: Exportation - Le PAPN renoue avec le transport de minerais 28 ans après

Le directeur général du Port autonome de Pointe-Noire (PAPN), Séraphin Bhalat, a salué, le 19 avril, le chargement de la première cargaison du minerai de fer congolais, exporté par la société Sapro-Mayoko vers la ville de Rizhao, dans le sud-est de la Chine.

C'est, en effet, par le PAPN que le minerai de fer extrait dans le gisement de Mayoko-Lékoumou, dans le Niari, a transité pour l'Asie. De quoi à réjouir Séraphin Bhalat.

« Ce jour marque donc un tournant décisif dans l'histoire du Port autonome de Pointe-Noire qui renoue avec les exportations de minerais après la perte, en 1991, du trafic du manganèse du Gabon, représentant plus de deux millions de tonnes, faisant ainsi chuter de manière drastique le trafic à l'export du port de Pointe-Noire », a-t-il rappelé.

Selon lui, ce minerai de fer contribuera à booster le trafic au niveau du PAPN en sus de l'augmentation de celui du bois observé actuellement et de l'apparition du nouveau commerce de clinker assuré par la société Dangote. Le directeur général espère que le trafic se réalisera et connaîtra un gros essor au regard des perspectives annoncées.

« Ainsi, ce nouveau trafic au port de Pointe-Noire et son développement futur pourraient se traduire par un rééquilibrage de la structure du trafic, constitué à présent de 5 899 701 tonnes, soit 52% à l'import et 5 411 944 tonnes, soit 47, 84% à l'export. Une augmentation des recettes nécessaire au remboursement des prêts que nous avons contactés pour le développement des infrastructures portuaires », s'est réjoui Séraphin Bhalat.

Il a, par ailleurs, réitéré son engagement à mettre à la disposition de la société Sapro-Mayoko, des infrastructures nécessaires pour accueillir les navires minéraliers pour le chargement de son fer. Ceci malgré une situation actuelle de congestion des infrastructures d'accueil des trafics en vracs et conventionnels. Quant aux autres investisseurs potentiels du secteur minier, ils bénéficieront, a assuré la direction générale du PAPN, du même accompagnement et de la même attention en vue de développer le trafic minéralier.

Dans la perspective de la montée en puissance à moyen terme du trafic minéralier, le PAPN a prévu, dans la phase d'urgence de son plan directeur, la construction d'un quai multifonctions de 353 m linéaire, sur financement de l'Agence française de développement dont la convention de prêt a été signée, le 13 août 2018. Ce quai qui sera réalisé en prolongement de celui de 320 m linaire, actuellement en construction sur fonds propres du PAPN, sera fondé à moins 12,50 m avec un terreplein gagné sur la mer permettant d'augmenter la capacité d'accueil des navires minéraliers. Tout ceci, en attendant la construction du port minéralier.

« Dans le contexte d'une forte concurrence entre les ports, le PAPN voudrait saisir toutes les opportunités et développer des stratégies à sa portée pour garantir son positionnement sur la scène maritime et portuaire à l'échelle de la sous-région de l'Afrique centrale, voire au-delà. La diversification de son trafic ainsi que la mise en œuvre des projets retenus dans le cadre de son schéma directeur de développement, en constitueront le gage », a conclu Séraphin Bhalat.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.