Maroc: La DEPF dresse son bilan de l'année écoulée

Elaboration d'un indice synthétique des ODD à l'horizon 2030 en vue de capter la dynamique de convergence des régions

La Direction des études et des prévisions financières (DEPF) relevant du ministère de l'Economie et des Finances a présenté récemment son rapport d'activité au titre de l'année 2018.

Ce document dresse le bilan des travaux d'études et d'analyses réalisés au cours de l'année écoulée et intègre les actions menées en matière de renforcement des liens de coopération et d'organisation de rencontres scientifiques de haut niveau par ce département, dirigé par Mounssif Aderkaoui.

A noter que les travaux de la DEPF traitent autant des dimensions clés du capital matériel et immatériel du Maroc que des questions liées à l'ouverture de son économie marocaine sur l'extérieur et à son ancrage régional, notamment en Afrique. Ils ont pour dénominateur commun l'appréhension des grands enjeux endogènes et exogènes, auxquels le Maroc se trouve confronté.

Dans son rapport, la DEPF a indiqué que ses « travaux visent à identifier les leviers de politiques publiques de nature à libérer le potentiel de développement du Maroc et l'inscrire dans un cercle vertueux de croissance durable et auto-entretenue ».

A propos de ses activités de l'année écoulée, « la DEPF a structuré son programme de travail au cours de l'année 2018 autour des grandes questions qui interpellent le processus de développement de notre pays », a indiqué Mounssif Aderkaoui.

« Parallèlement aux travaux portant sur les aspects purement économiques, un intérêt croissant a été accordé à certaines dimensions clés du capital immatériel de notre pays, dont notamment la dimension institutionnelle, la dimension sociale et la dimension durabilité environnementale », a-t-il ajouté.

Pour passer en revue ses réalisations en 2018, notons que le rapport d'activité a été articulé autour de trois axes interdépendants.

Le premier axe restitue les principales conclusions issues des travaux menés par la Direction en 2018 et la contribution de la DEPF au processus d'élaboration de la loi de Finances 2019.

Notons que plusieurs thématiques ont fait l'objet d'un examen approfondi par la DEPF qui précise dans son rapport que celles-ci se rapportent à des questions prioritaires traitant du régime de croissance de l'économie marocaine, de la dynamique de la compétitivité extérieure du Maroc au même titre que des perspectives qui se profilent en ligne avec la nouvelle politique africaine du Royaume.

La Direction a ajouté, en outre, qu'« un intérêt particulier a été accordé aux questions sociales et territoriales au vu des effets structurants de celles-ci sur la trajectoire de développement de notre pays ».

S'agissant du second axe, qui traite des actions déployées par la DEPF en matière de renforcement de ses liens de partenariat à l'échelle nationale et internationale, il est précisé que la Direction a placé le renforcement de ses liens de coopération et de partenariat avec des acteurs nationaux et internationaux au cœur de ses priorités.

Pour la DEPF, « ces liens sont mus par la volonté d'échanger autour des nouveaux concepts et instruments d'analyse économique et ce, à des fins de renforcement mutuel des compétences et de l'expertise ».

Comme indiqué dans le ledit rapport, « les liens de partenariat établis par la DEPF, comptent à leur actif plusieurs réalisations allant du développement d'instruments d'analyse sophistiqués à l'organisation de séminaires conjoints sur une fréquence régulière et dans certains cas à la publication conjointe d'études sur des questions de politique économique et sociale ».

Quant au troisième axe, il est consacré aux activités de support, dont notamment la valorisation du capital humain de la Direction, la consolidation de ses outils d'analyse et de son système d'information ainsi que le relèvement de l'efficacité de sa politique de communication interne et externe.

A ce propos, la DEPF a indiqué qu'elle a œuvré activement en faveur du renforcement des compétences de ses ressources humaines et de la consolidation de son système d'information en vue d'accompagner la montée en charge de ses travaux d'études et d'analyse et leur diversification graduelle.

Outre le recours à une programmation stratégique de ses activités, elle a donné une forte impulsion à sa politique de communication pour la mettre davantage en phase avec les exigences de l'ère digitale, apprend-on.

Soulignons que la partie conclusive du rapport d'activité met en perspectives les axes prioritaires devant constituer l'ossature du programme de travail envisagé par la DEPF au titre de l'année 2019.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.