19 Avril 2019

La CEA et la CEE organisent le quatrième Forum international sur les PPP

Addis-Abeba, Éthiopie — La Commission économique pour l'Afrique et sa commission sœur, la Commission économique pour l'Europe, organiseront en mai le 4ème Forum international sur les Partenariats public-privé à Genève.

Le Forum, qui se déroulera du 7 au 9 mai 2019 sous le thème, « La dernière étape : promouvoir les PPP axés sur l'humain pour le Programme de développement durable des Nations Unies à l'horizon 2030 », vise à renforcer l'expertise des gouvernements en matière d'identification, de négociation, de gestion et de mise en œuvre de projets de PPP réussis, déclare Melle Eunice Ajambo de la CEA.

Eunice Ajambo, Chargée des affaires économiques à la Division de la macroéconomie et de la gouvernance à la CEA, dit que le Forum examinera les actions nécessaires pour renforcer le modèle de PPP en renforçant la collaboration entre les secteurs public et privé et en identifiant les moyens d'accroître la participation des parties prenantes, parmi d'autres.

La CEA se penchera lors d'une session sur le « Rôle des unités de PPP africaines dans la mise en œuvre des PPP ».

La collaboration entre les secteurs public et privé est renforcée grâce à l'échange de connaissances et d'expériences sur les PPP par les États membres, y compris des experts des deux secteurs, notamment en ce qui concerne l'identification et le test des meilleures pratiques.

Les résultats du Forum alimenteront l'Objectif de développement durable 17 - Renforcer les moyens de mise en œuvre et revitaliser le partenariat mondial pour le développement durable, et en particulier les objectifs de mobilisation de ressources financières supplémentaires provenant de sources multiples pour les pays en développement ; et renforcer l'appui international à la mise en œuvre d'un renforcement des capacités efficace et ciblé dans les pays en développement afin d'appuyer les plans nationaux visant à mettre en œuvre tous les Objectifs de développement durable.

Contexte

À seulement 10 ans de l'échéance de l'Agenda 2030, l'impulsion pour la réalisation des Objectifs de développement durable demeure un impératif. En 2019, le Rapport économique sur l'Afrique de la CEA estime que les besoins de financement des ODD sur le continent varient entre 614 et 638 milliards de dollars par an.

Les besoins de financement annuels de l'Afrique pour les infrastructures, la sécurité alimentaire, la santé, l'éducation et la lutte contre les changements climatiques sont estimés à 210 milliards de dollars. La mobilisation des divers moyens de mise en œuvre pour financer les Objectifs de développement durable est une quête permanente des pays africains, les États membres et leurs partenaires explorant divers instruments de financement et cherchant des moyens de renforcer ceux qui existent déjà.

Le Programme d'action d'Addis-Abeba sur le financement du développement (AAAA), de la 3ème Conférence internationale sur le financement du développement, appelle à l'examen de la composition des financements pour les ODD. Il reconnaît que « les investissements tant publics que privés ont un rôle clé à jouer dans le financement des infrastructures... ».

Les instruments de financement mixte, y compris les PPP, permettent de réduire les risques liés aux investissements et d'inciter des financements supplémentaires du secteur privé dans des secteurs de développement clés, guidés par des politiques et priorités des gouvernements régionaux, nationaux et sous-nationaux en faveur du développement durable... ».

La CEA estime qu'un total de 29 pays africains ont des unités de PPP. Les récentes analyses et consultations de la Commission avec les États membres et d'autres parties prenantes du secteur privé mettent en lumière les défis permanents, notamment les gains financiers et efficients des PPP, ainsi que la nécessité de disposer des capacités nécessaires pour développer, structurer, gérer et évaluer les PPP, compte tenu des risques associés.

Pourtant, les PPP sont une composante nécessaire de la composition du financement. Ils augmentent les budgets des gouvernements et constituent donc une opportunité pour la mobilisation de ressources et la collaboration avec des partenaires, y compris le secteur privé.

« Ils constituent une alternative à la privatisation totale et à ses faiblesses, et contribuent à résoudre le besoin urgent de biens et services publics, s'ils sont bien structurés et gérés. Il existe des pratiques optimales dans lesquelles les PPP ont été couronnés de succès », indique Eunice Ajambo, en soulignant l'importance du Forum.

Lieu : Salle XVIII, Palais des Nations, Genève Inscrivez-vous à : https://www.unece.org/ppp/forum2019.html

Contact : Melle Eunice Ajambo, Chargée des affaires économiques, Division de la macroéconomie et de la gouvernance, CEA (ajambo@un.org)

Publié par :

La Section des communications

Commission économique pour l'Afrique

BP 3001

Addis-Abeba (Éthiopie)

Tél. +251 11 551 5826

Adresse électronique : eca-info@un.org

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.