23 Avril 2019

Ile Maurice: PNQ sur le tourisme - La guerre des chiffres

Pas d'insultes et autres gros mots lors de la Private Notice Question (PNQ) ce mardi 23 avril, mais une guerre des chiffres entre Anil Gayan et Xavier Duval. Alors que le ministre du Tourisme affirme que la situation n'est pas aussi noire que veut le faire croire le leader de l'opposition, ce dernier n'a pas cessé de dire que le tourisme fait face à une crise, chiffres compilés par Statistics Mauritius, à sa demande, à l'appui.

D'emblée, Anil Gayan a précisé que selon la définition du tourisme, on ne peut pas séparer les arrivées aériennes et maritimes. De ce fait, il a inclus les arrivées par bateaux de croisière dans ses chiffres. «Il n'y a que ceux qui descendent des bateaux qui sont comptabilisés», a rappelé le ministre.

Mais Xavier Duval n'était pas d'accord. Selon lui, il y a une différence entre les arrivées aériennes et maritimes. «Les passagers des bateaux de croisières passent une journée à Maurice alors que ceux qui viennent par avion passent des semaines. Il y a une différence», a-t-il répliqué, ironisant que le ministre s'est ridiculisé lorsqu'il laisse entendre qu'il n'y a pas de différence entre les deux.

Xavier Duval a affirmé que les chiffres pour le mois de mars 2019, comparés à ceux de mars 2018, sont inquiétants. Il y a eu une chute de 8,7 % des arrivées. Mais le ministre du Tourisme n'est pas d'accord. Il maintient que la baisse n'est que de 4,5 %. Dans la foulée, il précise qu'au mois de janvier, il y a eu une hausse de 1,1 % et en ce qui concerne le mois d'avril, la hausse est de 3,5 %.

La politique d'accès aérien en cause

Les chiffres concernant les marchés principaux de Maurice n'ont pas fait l'unanimité non plus. Alors que Xavier Duval, lui-même ancien ministre du Tourisme, affirme qu'il y a eu 10 % de moins d'Allemands à Maurice, Anil Gayan a fait savoir que selon ses chiffres, les arrivées de l'Allemagne ont progressé de 7 %. Cependant, il concède que certains marchés porteurs n'ont pas et la même performance. Résultat: environ 2 000 touristes en moins de janvier à mars 2019. «Mais sur une prévision de 1,4 million de touristes, cela ne pose pas de problème. Il est trop tôt pour faire des prévisions sur une année», a dit Anil Gayan.

Certes, mais pourquoi nos voisins, les Seychelles et les Maldives ont connu une des ascensions fulgurantes, avec des progressions au-delà de 40 %, a voulu savoir Xavier Duval. Selon le ministre, ces pays ont un «open air access policy.»

Au passage, Anil Gayan a profité pour dire que plusieurs marchés ont souffert car Air Mauritius a supprimé plusieurs lignes. Par exemple, 24 vols en moins sur la Chine représentent 7 200 touristes en moins, alors que 17 vols supprimés sur l'Inde ont fait baisser les arrivées de 5 100 Indiens. Quant à l'Angleterre, 13 vols ont été annulés, ce qui représente 4 000 sièges environ.

Xavier Duval a aussi dit que l'Association des hôteliers et restaurateurs de l'île Maurice a fait savoir que les réservations ont baissé par 10 points en avril. Mais Anil Gayan a réfuté ses chiffres en avançant qu'il n'y a que 2 points de différence.

La séance a pris fin sans interruption.

Ile Maurice

Navin Ramgoolam - «Il faut mourir pour vivre... »

On connaissait l'expression «il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger», reprise par… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.