23 Avril 2019

Malawi: L'OMS lance le premier vaccin paludique au monde au Malawi

Photo: UN news
Le vaccin antipaludique est administré à un enfant de cinq mois à Mkaka au Malawi. (avril 2019)

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est félicitée du lancement mardi par le Gouvernement du Malawi du premier vaccin antipaludique au monde dans le cadre d'un programme pilote historique.

« Ce pays est le premier des trois pays africains où le vaccin, connu sous le nom de RTS,S, sera mis à la disposition des enfants de moins de 2 ans ; le Ghana et le Kenya introduiront le vaccin dans les semaines à venir », a précisé l'OMS dans un communiqué.

Le paludisme reste l'une des maladies les plus meurtrières dans le monde, tuant un enfant toutes les deux minutes.

La plupart de ces décès surviennent en Afrique, où plus de 250 000 enfants meurent de cette maladie chaque année.

Les enfants de moins de 5 ans sont les plus à risque de complications potentiellement mortelles. Dans le monde, le paludisme tue 435.000 personnes par an, pour la plupart des enfants.

« Nous avons constaté des gains énormes grâce aux moustiquaires et à d'autres mesures de lutte contre le paludisme au cours des 15 dernières années, mais les progrès ont stagné et même reculé dans certaines régions. Nous avons besoin de nouvelles solutions pour relancer la riposte contre le paludisme, et ce vaccin nous donne un outil prometteur pour y parvenir », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS. « Le vaccin antipaludique pourrait sauver la vie de dizaines de milliers d'enfants. »

Un jalon dans l'innovation, trois décennies de développement

Après trente ans de recherches, le RTS,S mis au point est le premier et le seul vaccin qui, , à ce jour, a démontré pouvoir réduire de manière significative le paludisme chez les enfants.

Dans les essais cliniques, ce vaccin a permis de prévenir environ 4 cas de paludisme sur 10, dont 3 cas de paludisme grave potentiellement mortel.

« Le paludisme est une menace constante dans les communautés africaines où ce vaccin sera administré. Les enfants les plus pauvres sont ceux qui souffrent le plus et qui sont le plus exposés au risque de décès », a déclaré la Dre Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique. « Nous connaissons le pouvoir des vaccins pour prévenir les maladies meurtrières et bénéficier aux enfants, notamment à ceux qui n'ont pas d'accès immédiat aux médecins, aux infirmières et aux établissements de santé dont ils ont besoin pour les sauver en cas de maladie grave. »

« C'est un jour à célébrer alors que nous commençons à en apprendre davantage sur ce que cet outil peut faire pour changer la courbe du paludisme grâce à la vaccination des enfants », a-t-elle ajouté.

Ce programme pilote est conçu pour générer des données probantes et de l'expérience afin d'éclairer les recommandations de l'OMS en matière de politique sur l'utilisation plus large du vaccin antipaludique RTS,S. Il a pour vocation de réduire le nombre de décès parmi les enfants, de favoriser le recours au vaccin, et notamment de voir si les parents amènent leurs enfants à temps pour recevoir les quatre doses nécessaires, et d'évaluer la sécurité du vaccin dans le contexte d'une vaccination systématique.

Ce vaccin est un outil complémentaire de lutte contre le paludisme - qui s'ajoute à l'ensemble de mesures de base recommandées par l'OMS pour la prévention du paludisme, notamment l'utilisation systématique de moustiquaires imprégnées d'insecticide, la pulvérisation d'insecticides à l'intérieur des habitations et le recours en temps utile au dépistage et au traitement du paludisme.

Un modèle de partenariat public-privé

Le programme pilote coordonné par l'OMS est le fruit d'une collaboration avec les ministères de la santé du Ghana, du Kenya et du Malawi et divers partenaires nationaux et internationaux, dont le programme de technologie appropriée pour la santé (PATH), une organisation à but non lucratif, et GSK, le concepteur et fabricant du vaccin, qui donne jusqu'à 10 millions de doses pour ce projet pilote.

« Nous saluons l'OMS et le Malawi pour leur leadership dans la réalisation de cette étape historique », a déclaré Steve Davis, Président et Directeur général du PATH, « et nous attendons avec impatience le début de la vaccination au Ghana, puis au Kenya plus tard cette année. Un vaccin antipaludique fait partie des nombreuses innovations nécessaires pour mettre fin à cette maladie, et nous sommes fiers d'être aux côtés de tous les pays et de nos nombreux partenaires pour progresser vers un monde sans paludisme ».

Ce projet pilote de vaccination contre le paludisme vise à atteindre environ 360.000 enfants par an dans les trois pays. Les ministères de la santé détermineront où le vaccin sera administré ; ils se concentreront sur les régions où la transmission du paludisme est modérée à élevée et où le vaccin peut avoir le plus grand impact.

« Mettre à disposition le premier vaccin antipaludique au monde contribuera à réduire le fardeau de l'un des problèmes sanitaires mondiaux les plus urgents », a déclaré le Dr Thomas Breuer, médecin-administrateur en chef de GSK Vaccines. « Nous avons hâte de voir les résultats de ce projet pilote et, parallèlement, nous travaillons avec l'OMS et le PATH pour garantir un impact durable du vaccin sur la santé mondiale à l'avenir. »

Financement et soutien

Le financement du programme pilote a été mobilisé grâce à une collaboration sans précédent entre trois organismes clés de financement de la santé mondiale : l'Alliance GAVI, Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et l'UNITAID. De plus, l'OMS, le PATH et GSK fournissent des contributions en nature.

En savoir plus

Première campagne de vaccination contre le paludisme

Dans trois pays africains, des enfants âgés de moins de deux ans vont bénéficier d'un vaccin… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.