23 Avril 2019

Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar

Paris — Le président du Conseil présidentiel du Gouvernement d'union nationale libyen (GNA), Fayez al-Sarraj a dénoncé le soutien "non proportionné" de la France à Khalifa Haftar, se disant "surpris" et "perplexe" face à la position française en Libye.

Pour lui, "le soutien non proportionné e la France à M. Haftar est ce qui l'a décidé à passer à l'action et à sortir du processus politique", indiquant qu'il s'en inquiété auprès du président Emmanuel Macron.

"Comment un pays qui aspire à la liberté, aux droits humains et à la démocratie peut-il avoir une position si peu claire à l'égard de notre peuple qui aspire aux même valeurs", s'est-il demandé, faisant observer que plutôt de "développer notre relation et notre partenariat, nous nous inquiétons de la réputation de la France dans l'opinion publique" du fait de sa position "non claire" et de son "manque de solidarité", a-t-il ajouté.

Dans ce climat de crise diplomatique entre les deux pays, Fayez al-Sarraj n'a pas désavoué son ministre de l'Intérieur, Fathi Bach Agha, qui a décidé de suspendre "tout lien" avec la partie française.

Lire aussi: Libye: Salamé insiste sur le "processus politique de facilitation de l'ONU"

Dans un communiqué publié par son service de presse, le ministre de l'Intérieur, Fathi Bach Agha, a ordonné "la suspension de tout lien entre (son) ministère et la partie française dans le cadre des accords sécuritaires bilatéraux (...) à cause de la position du gouvernement français soutenant le criminel Haftar qui agit contre la légitimité".

A ce sujet, le PM libyen, qui semble embarrasser selon le journaliste du Monde, a indiqué que "c'est sa décision en tant que ministre, c'est sa prérogative", a-t-il dit, soulignant qu'il ne s'agit rien de plus qu'une crise dans nos relations" qui peut être surmontée "si la France prend la bonne position".

Critiquant également l'attitude des Etats-Unis qui soutiennent Khalifa Haftar pour "lutter contre le terrorisme et sauvegarder les champs pétroliers, le chef du gouvernement d'entente nationale (GNA) a souligné que "le conflit actuel oppose les tenants d'un régime militaire et autoritaire à ceux d'un Etat civile garantissant les libertés".

Pour lui, la priorité du moment est "d'arrêter les combats et la souffrance de la population", exprimant son scepticisme à la reprise des discussions "avec quelqu'un qui décide subitement de détruire les efforts de paix et de conquérir le pouvoir par les armes".

Au moins 264 personnes dont des civils ont été tuées et 1.266 autres blessées depuis le 4 avril dans les combats en Libye, où les forces de Khalifa Haftar tentent de conquérir la capitale, selon un bilan mardi de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Khalifa Haftar a lancé le 4 avril une agression sur Tripoli, siège du GNA, reconnu par la communauté internationale.

Libye

L'ONU exige la fermeture des centres de détention des migrants

L'Organisation onusienne estime que les centres ne répondent pas aux critères requis pour accueillir des… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.