23 Avril 2019

Cote d'Ivoire: Nouvelle plateforme de l'opposition - Le gros piège de Guikahué à Bédié

"Je remettrai le PDCI-RDA dans les mains du FPI de Laurent Gbagbo », aimait à répéter en secret Maurice Kakou Guikahué. Dans les salons feutrés, le secrétaire exécutif du PDCI-RDA ne cache pas sa volonté d'apporter mains et pieds liés le parti septuagénaire au parti fondé par Laurent et Simone Gbagbo.

L'entreprise de prime abord apparait périlleuse. Comment convaincre le président Henri Konan Bédié d'une telle alliance contre-nature ? En lui montrant son intérêt, pardi ! Maurice Kakou Guikahué et son entourage font miroiter au président Henri Konan Bédié qu'il ne peut qu'en être le principal bénéficiaire. Pour deux principales raisons. Premièrement, Laurent Gbagbo étant incarcéré à la Cour pénale internationale, le seul leader capable d'affronter le président Alassane Ouattara, c'est lui. Deuxièmement, avec son parcours politique, il est le mieux placé pour conduire le TSO, tous les frustrés et les aigris de la gouvernance Ouattara en 2020. Face à cette perspective de redevenir président de la République, il se dit : « Pourquoi pas ! » Il voit en cette proposition un appel du destin. Une revanche sur l'histoire. De plus, Henri Konan Bédié n'a rien à perdre en essayant. D'autant que le coup d'Etat de décembre 1999 lui est toujours resté en travers de la gorge.

Depuis lors, il ne rêve qu'à un come-back historique aux affaires. En juin 2018, sous l'influence et la pression de Maurice Kakou Guikahué et de certains barons de l'ancien parti au pouvoir, il finit par céder aux chants des sirènes. Maurice Kakou Guikahué et ses camarades poussent Henri Konan Bédié à se retirer du RHDP, au motif que « le RDR ne peut pas continuer de se coucher sur le PDCI ». Au départ, tout semblait marcher comme sur des roulettes. L'affaire était presque pliée. Beaucoup de militants du vieux parti y croyaient. Henri Konan Bédié mord à l'hameçon. Il entre dans l'opposition. Dans la foulée, le président du PDCI annonce la création d'une plateforme de mouvements et partis politiques avec toutes les tendances du FPI. L'objectif à terme est surtout de récupérer l'électorat acquis à Laurent Gbagbo. « Je voudrais lancer un appel au FPI. Il y en a qui ont commencé à pousser des boutons parce qu'on dit que le PDCI échange avec le FPI.

Le PDCI n'a pas d'ennemi en Côte d'Ivoire. Nous avons décidé de parler avec tout le monde pour avoir la réconciliation. Il y a un moment pour faire la guerre et il y a un moment pour mettre fin à cela. Le temps de la réconciliation est arrivé. Aucun sacrifice n'est grand pour faire la réconciliation», lance Maurice Kakou Guikahué pour parfaire son opération de charme à l'endroit des inconditionnels de Laurent Gbagbo. Mais, coup de théâtre à La Haye. L'ancien président de la République, jusqu'ici en détention à la CPI, bénéficie depuis le 1er février dernier, d'une liberté conditionnelle avec résidence à Bruxelles. L'espoir renait donc dans sa famille politique. Ses partisans rêvent de le voir candidat à l'élection présidentielle de 2020.

Du coup, la stratégie mise en place par les pontes actuels du secrétariat exécutif du PDCI s'en trouve totalement bouleversée. Les caciques de la mouvance frontiste multiplient les déclarations sur une plateforme avec les partis de l'opposition. Mais pas comme celle qu'avait miroité Maurice Kakou Guikahué à Henri Konan Bédié. « Pour l'instant, la plateforme de Bédié n'est pas à l'ordre du jour. Nousmêmes avons déjà une plateforme », a tenu à préciser le Pr Sébastien Dano Djédjé le mardi dernier. Même si l'ancien ministre de la Réconciliation nationale et des Relations avec les Institutions, dans ses propos, laisse entrouvrir une fenêtre d'un dialogue avec le PDCI, il n'en demeure pas moins que cette déclaration sonne comme un refus poli au rêve du président Henri Konan Bédié de voir sous sa coupole les inconditionnels de Laurent Gbagbo.

La seule possibilité qui s'offre à lui reste désormais l'alliance avec le FPI de Pascal Affi N'Guessan. Mais quel sera le poids réel de cette alliance amputée d'une bonne partie des militants dans l'ancienne mouvance présidentielle qui a dirigé la Côte d'Ivoire pendant dix ans ? Pas grand-chose ! Henri Konan Bédié rêvait de régner sur toute l'opposition pour parvenir à ses fins. Il a écouté Maurice Kakou Guikahué croyant pouvoir « se coucher sur tout le FPI ». Mais, il doit se résoudre à l'évidence. Il est en train d'être berné sur toute la ligne par son secrétaire exécutif qui, en réalité, est en train de dérouler un agenda caché qui n'est pas le sien.

Cote d'Ivoire

Le président du Sénat change de camp

En Côte d'Ivoire, c'est un nouveau coup dur pour le PDCI à un an et demi de la présidentielle. Le… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2019 Le Patriote. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.