Soudan: Les manifestants en colère après le sommet du Caire

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi (centre), le chef des Services de renseignement égyptien Abbas Kamel (Droite) et le général libyen Khalifa Haftar (gauche), au palais présidentiel, au Caire, le 14 avril 2019.

Un sommet s'est tenu ce mardi en Égypte entre plusieurs chefs d'État africains pour évoquer les situations soudanaise et libyenne. Les présidents africains ont souhaité que le pouvoir militaire au Soudan parvienne dans les 3 mois à une transition démocratique. C'est beaucoup plus long que ce que demandait l'Union africaine. Le 15 avril dernier, l'UA avait donné un ultimatum à l'armée : elle lui laissait 15 jours pour transférer le pouvoir aux civils, sous peine d'être suspendue. Réactions des protestataires à Khartoum.

Les manifestants qui occupent les rues devant le quartier général de l'armée à Khartoum sont unanimes : la décision des chefs d'État africains d'accorder trois mois supplémentaires aux autorités militaires pour transférer le pouvoir aux civils est contraire à la volonté populaire soudanaise. « Je pense que 3 mois c'est beaucoup trop long et que les présidents africains ne doivent pas intervenir dans les affaires intérieures du Soudan. Ce sont les Soudanais eux-mêmes qui doivent choisir », dit Isis Mozani, étudiante.

Les protestataires considèrent ce délai de trois mois comme un soutien implicite accordé à l'armée soudanaise. L'avocat Yasser Mohamed Hussein estime que cette décision émane de présidents qui n'ont pas de leçon de démocratie à donner. Il incrimine particulièrement l'Égypte du président Sissi, à la tête de l'Union africaine cette année : « Le gouvernement égyptien est un gouvernement militaire, car le président actuel doit son pouvoir à un coup d'État. Et maintenant il a décidé de changer la Constitution pour rester au pouvoir. Ca ressemble exactement aux méthodes d'Omar el-Béchir. »

Les dirigeants africains présents au Caire ont, eux, souhaité exprimer leur soutien comme celui de l'Union africaine au Soudan face à ses défis économiques, politiques et sécuritaires.

Avec ma licence, j'ai postulé pour plusieurs emplois mais je n'ai rien trouvé donc j'ai été obligé de choisir autre chose. Je conduis un touk touk, je travaille dans une clinique le matin comme réceptionniste.

La colère des diplômés chômeurs

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.