Congo-Kinshasa: Ebola - La colère monte à Butembo

24 Avril 2019

C'est un sentiment de grande colère qui prévaut à Butembo, au Nord-Kivu, depuis l'assassinat le week-end dernier d'un médecin camerounais, le Dr Valéry Mouzoko Kiboung, un expert de l'Oms affecté à l'équipe de riposte contre le virus Ebola au Nord-Kivu.

Pour les observateurs, cette tragédie est un séisme aux conséquences incalculables. Car le message qu'elle envoie est celui d'une population qui refuse d'être secourue alors même que le risque auquel elle est exposée a atteint la cote d'alerte. Le virus continue son expansion dans la population et il faut craindre un bilan effroyable d'ici quelques semaines si les individus qui alimentent les réseaux d'insécurité ne sont pas mis hors d'état de nuire.

Pour mieux saisir ce qui se passe au Nord-Kivu, il faut remonter à la période de la campagne présidentielle qui avait vu certains politiciens pousser la population sur la voie de la radicalisation. Considérant Kinshasa comme un arbitre partial, ils ont levé l'option de rejeter tout ce qui venait de la capitale sauf quand les nouvelles confortaient leurs propres certitudes. La même attitude a été observée après la présidentielle, offrant ainsi le terrain à de nouveaux seigneurs en quête d'aventures guerrières. Toute la République se souvient de ces prédictions débitées sur des chaînes étrangères par des ex-apparatchiks du régime qui annonçaient des lendemains sombres dans cette partie de la République.

Ce qui se passe en ce moment a Butembo est-il la matérialisation de ce ce qui était annoncé ? Nul ne le sait mais pour la société civile du Nord -Kivu, il y a une main noire derrière ces événements funestes et celle-ci a des visages : les députés de la région dont le discours a désorienté la population et contribué énormément aux dérapages que tout le monde condamne aujourd'hui.

C'est pour stigmatiser ces hommes qu'elle a organisé une journée ville morte lundi à Butembo et sollicité de l'Assemblée Nationale qu'elle n'accorde pas des immunités aux nouveaux élus du Nord-Kivu parce qu'elle estime qu'ils doivent faire face à leurs responsabilités devant la justice. Mais cet appel n'a pas été entendu. Tous les élus de Butembo, Béni et Yumbi ont été validés hier lundi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.