Sénégal: Adhésion du (PEV) par les populations de Touba - La prise de la seconde dose du rr2, un véritable problème

La prise de la seconde dose du vaccin contre la rougeole et la rubéole (RR2) pose problème dans la région de Diourbel. Selon les acteurs de la santé de ladite localité, sur 100 enfants, seuls 70 reviennent pour la dernière prise. Une situation qui peut s'expliquer par une ignorance ou encore un oubli de la part des parents.

Le programme élargi de vaccination se porte bien dans la région de Diourbel. Une visite hier, mardi 23 avril, dans quelques structures de santé de Touba, dans le cadre de la semaine africaine de vaccination, nous a permis de constater l'engouement des parents à amener leurs enfants pour se faire vacciner. Les salles réservées à cet effet ne désemplissent pas de monde dans la matinée. La santé de leur progéniture demeure une priorité pour ces dames.

Selon une maman rencontrée au district de Darou Khoudoss : «j'ai amené mon enfant pour le vaccin. Je dois respecter le calendrier pour sa santé et Dieu merci, je ne vois que les bienfaits de la vaccination», a-t-elle laissé entendre. Dans la zone, le respect du calendrier de la vaccination est devenu presque une réalité. Toutefois, il faut signaler que le rappel du vaccin contre la rougeole et la rubéole pose un véritable problème.

Pour l'adjoint au chef de district de Darou Khoudoss, le docteur Mbacké Sylla : « la vaccination se passe normalement dans le district sanitaire de Touba. Concernant les antigènes et surtout les nouvelles introductions, l'espoir est permis grâce au bon démarrage par rapport au recrutement et la mise en œuvre».

Et de poursuivre : « pour le calendrier vaccinal, nous avons un bon indicateur lors de la revue passée pour les performances du district avec de bonnes évolutions par rapport à 2017, où on a senti un recrutement de nouveaux enfants par rapport à la vaccination. Ce qui a permis d'atteindre l'objectif pour les indicateurs».

Aujourd'hui, malgré l'adhésion des parents et la disponibilité des antigènes, la prise de la seconde dose du vaccin contre la rougeole et la rubéole inquiète les acteurs qui enregistrent plus de cas d'abandon ; soit 30 à 40%.

Pour Mamadou Séne, superviseur (Pev) de Touba, responsable de la chaîne de froid, « il y a des perdus de vue avec un taux d'abandon assez important. Les problèmes sont visibles avec le Rr1 et le Rr2 où les enfants doivent prendre deux doses de vaccination contre la rougeole. Mais la deuxième dose pose problème ; souvent par ignorance ou par négligence, même si tous les vaccins sont disponibles».

L'objectif du personnel sanitaire est selon M. Sène, d'aller à la recherche de ces perdus de vue. «Nous avons leur numéro de téléphone et nous les appelons souvent pour leur rappeler les dates», a-t-il renseigné. Et de poursuivre : «Nous n'avons pas de cas de rougeole à Touba, parce que la première dose est prise ».

Au centre de santé de Keur Niang dans la localité Touba, les indicateurs sont aussi au vert pour tous les antigènes. Selon le major, Mamadou Fall, tous les indicateurs ont été atteint ou même, dépassant l'objectif fixé au plan national. «Le Pev a fortement réduit le taux de mortalité et de morbidité des enfants. Avec l'avènement de la vaccination depuis 1986, et l'accélération du Pev, les maladies d'enfants ont fortement diminué. Le taux de couverture vaccinale à Keur Niang est de 90% » a-t-il évoqué.

Pour rappel, le Sénégal a mis en œuvre le Programme élargi de vaccination (Pev) depuis 1979. Selon «Speak Up Africa», initiateur de cette rencontre : «en 2018 déjà, il couvrait 13 maladies à potentiel épidémique. Ce qui a permis au Pev de connaître un succès important qui lui a permis d'atteindre un seuil de couverture vaccinale supérieure à 90% pour la plupart des antigènes en 2017 ».

Et de poursuivre : «même s'il fait face à plusieurs défis tels que la nécessité d'améliorer l'engagement politique au profit du Pev, la nécessité d'accroître le financement domestique de ce projet, et la faible implication communautaire dans les activités de la vaccination de routine est de mise. Pour faire face à ce défi, le Pev a établi un plan national de plaidoyer afin de renforcer la collaboration et de rehausser le profil de la vaccination de routine au Sénégal ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.