Congo-Brazzaville: Le paludisme, cause d'absentéisme à l'école et au travail

Photo: OMS
À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme 2019, l’OMS se joint au Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme, à la Commission de l’Union africaine et à d’autres organisations partenaires pour promouvoir « Zéro Palu ! Je m’engage », une campagne inclusive qui vise à faire en sorte que le paludisme reste une priorité politique, à mobiliser des ressources supplémentaires et à donner aux communautés les moyens de s’approprier la prévention et la prise en charge de la maladie.

Au Congo-Brazzaville, le paludisme représente la première cause de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans, en raison de leur vulnérabilité.

Cette pathologie est également, selon la Direction de l'épidémiologie et de la lutte contre les maladies qui va prochainement organiser une campagne de distribution gratuite de moustiquaires, la première cause de consultations et d'hospitalisations ; d'absentéisme sur le lieu du travail et à l'école où ses causes et ses conséquences sont enseignées aux élèves. Reportage dans une école de la capitale congolaise.

Au premier niveau du principal bâtiment du complexe scolaire la Paillotte qui jouxte le ministère de l'Enseignement, ces élèves de troisième qui chantent viennent de terminer une leçon de sciences de la vie et de la terre portant sur le paludisme.

« Est-ce que parmi vous il y a un élève qui peut lever le doigt et nous dire ce qu'on appelle le paludisme », demande le professeur.

« Le paludisme ou malaria est une maladie infectieuse qui frappe l'espèce humaine. Elle est provoquée causée par le plasmodium », répond une jeune élève.

L'enseignant Antoine Kihindou qui a animé la séance raconte que certains de ses élèves manquent parfois les cours, parce que terrassés par le paludisme.

« Ce sont des enfants atteints du paludisme par rapport aux carnets qu'ils présentent. Le diagnostic démontre que c'est le paludisme », affirme-t-il.

Selon le Dr Jean-Mermoz Youndouka, coordonnateur du Programme national de lutte contre le paludisme, la lutte contre cette pathologie est une priorité pour le pays qui bénéficie souvent de l'appui des partenaires.

« Nous avons bénéficié d'un financement du Fonds mondial qui nous a permis d'acquérir 3 millions de moustiquaires qui sont déjà dans nos entrepôts. Nous sommes en train de nous organiser pour les distribuer gratuitement. Elles ne seront jamais vendues », dit le docteur Youndouka.

Le paludisme est fréquent au Congo, pays tropical humide où les moustiques ont la possibilité de se multiplier.

■ Reportage au Niger : l'anophèle pique aussi en pleine saison sèche

Au Niger plus de 3,3 millions de cas de paludisme ont été recensés en 2018 et plus de 3 000 décès, en majorité des enfants en bas âge. Alors que c'est pendant la saison des pluies que le palu tue le plus, actuellement dans les formations sanitaires du pays, l'anophèle pique toujours et en pleine saison sèche. Reportage au service pédiatrique d'un hôpital de district à Niamey.

Aux urgences de l'hôpital de Niamey, des dizaines d'enfants qui souffrent de paludisme sont admis...

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.