Sénégal: Le Festival "Kaay Fecc" rend hommage à Cheikh Anta Diop

Dakar — La dixième édition du festival de danse "Kaay Fecc", ouverte mercredi, au centre culturel Blaise Senghor, "met en lumière la créativité chorégraphique africaine en hommage au savant Cheikh Anta Diop", a indiqué sa directrice artistique, Gacirah Diagne.

Des compagnies africaines telles que "Yagran" (Gabon) et "Ethnies cité" (Diaspora) invités du festival, "Seny Kama" de Thiaroye, "Pasytef" de Dalifort, "Ëlëk" de Dakar-Guédiawaye-Yembeul (Sénégal) et le danseur congolais Kévin Mfinka, entre autres, prennent part à cet évènement culturel.

Selon la directrice du festival, "le Rwanda et la Côte d'Ivoire ont été conviés, mais n'ont pas pu venir faute de moyens".

"Nous voulions une édition symbolique avec uniquement des compagnies africaines en hommage à Cheikh Anta Diop qui s'est battu pour montrer l'apport de l'Afrique, ses valeurs, ses richesses.

Nous voulons valoriser ce qui se passe sur le continent", a souligné Gacirah Diagne par ailleurs présidente de l'Association "Kaay Fecc".

Il est important que la création africaine tourne sur le continent, selon Mme Diagne, estimant que "cela ne se fait pas assez".

Selon elle, la raison de cette faiblesse de circulation des compagnies africaines de danse sur le continent est à chercher dans les conditions économiques.

A l'occasion du festival, le long métrage documentaire "Kemtiyu, Seex Anta" du réalisateur sénégalais Ousmane William Mbaye sera projeté jeudi 25 avril, à 15 heures 30, au centre culturel Blaise Senghor.

Cette dixième édition du festival "Kaac Fecc" qui va poursuivre jusqu'à dimanche propose au programme des masterclass en danse traditionnelle congolaise et sénégalaise et des représentations d'une dizaine de compagnies en danse hip hop, contemporaine et cultures urbaines.

Au cours d'un spectacle, le danseur congolais Kévin Mfinka, en sueur, esquisse des pas de danse avec un groupe d'apprenants sous les rythmes traditionnels congolais du "Zebola" et du "Essombi", des sonorités proche du Mbalax sénégalais.

Il transmet des mouvements de partage, des gestes du corps exprimant la récolte ou la pratique de la lessive dans le cadre du masterclass qu'il dispense sur la danse traditionnelle congolaise.

"Ici, on oublie le temps et on laisse le corps respirer aux rythmes du +Mbonda+ et du +Mombonda+. C'est une danse du Congo profond à Brazzaville comme à Kinshasa", explique Kévin Mfinka, un ex-danseur du ballet "Les tambours de Brazza".

La danseuse Dieynaba Thiam qui a pris part à cette séance estime que le plus difficile a été "l'endurance et l'énergie" nécessaires pour danser.

"C'est la première fois que j'apprends la danse traditionnelle congolaise, mais il y a des similitudes avec le dancehall et le ragga d'origine jamaïcaine et africaine", a t-elle dit.

La dixième édition du festival "Kaay Fecc" va promouvoir aussi l'artisanat au Centre culturel Blaise Senghor.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.