25 Avril 2019

Congo-Kinshasa: Société Civile de la RDC - Pétition pour un Premier ministre sans tâche !

Le Coordonnateur Général de la Société Civile de la République Démocratique du Congo, Christopher Ngoy, a lancé hier mercredi 24 avril 2019, au siège du Syndicat National des Ecoles Conventionnées Catholiques, situé au quartier Kimbangu, dans la commune de Kalamu, une campagne de collecte des signatures pour une pétition en rapport avec la nomination imminente d'un Premier ministre. Son profil devrait, selon quelques critères définis par les pétitionnaires, être intègre, sans antécédents politiques, judiciaires ou économiques et accepté par la population.

La pétition a été élaborée dans le cadre de concertations réunissant des personnalités et organisations telles que des syndicats, des corporations professionnelles, des églises, des étudiants, des réseaux thématiques, des mouvements citoyens, des structures des femmes, des réseaux de défense des droits humains.

En effet, l'initiative de la Société civile de la RDC se veut l'expression de la volonté du souverain primaire de ne pas voir ceux qui sont impliqués dans des crimes politiques et économiques faire partie de la future équipe gouvernementale. Selon ces membres de la Société civile de la RDC, des corrupteurs et corrompus, réputés pilleurs des ressources nationales hier, sont revenus aux affaires contre la volonté du souverain primaire, à la tête des Assemblées provinciales, des gouvernorats des provinces, au Sénat et à l'Assemblée nationale.

Christopher Ngoy a fait savoir que ce n'est pas la première fois que sa structure initie une pétition. Il a rappelé celles initiées en son temps contre les anciens Présidents de la Commission Electorale Nationale Indépendante (Ceni), le Pasteur Ngoy Mulunda (2012) et l'Abbé Apollinaire Malumalu (2013). Et de souligner que l'actuel président de la centrale électorale, Corneille Nangaa, est visé également dans ladite pétition. Répondant à une question de la presse, il a fait savoir que la pétition est un indicateur social qui n'appelle pas débat, surtout qu'elle relève du souverain primaire, qui ne se retrouve pas parmi les animateurs actuels des institutions de la République dominées, par ceux qui sont impliqués dans la descente aux enfers de la RDC, sur tous les plans.

Pour Jean-Bosco Puna, Secrétaire permanent, qui a lu la pétition, c'est une façon de permettre au souverain primaire de se prononcer sur les futurs membres du gouvernement, appelés à travailler pour son intérêt. Il a relevé que le Chef de l'Etat Félix Antoine Tshisekedi ne cesse de déclarer, lors des sorties publiques, que les futurs animateurs des institutions publiques devraient être des esclaves du peuple.

Il sied d'indiquer que des activistes de la Société Civile sont déjà déployés sur le terrain pour récolter des signatures. C'est à l'issue de cette opération que ladite pétition sera envoyée au Chef de l'Etat.

Congo-Kinshasa

Infrastructures - Tshisekedi pourra-t-il réaliser son programme d'urgence?

Dans le cadre de 100 jours de son accession au pouvoir, Félix Tshisekedi avait lancé plusieurs chantiers.… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.