Libye: Les combattants fidèles à Tripoli tentent de maintenir leur position

Les forces armées du gouvernement de Tripoli, reconnu par la communauté internationale, ont fait reculer, mardi, les troupes de Khalifa Haftar de plusieurs dizaines de kilomètres sur le front sud-ouest.

Les regards se tournent maintenant sur l'autre importante zone de combat qui se déroule au sud-est. En attendant une offensive d'envergure, attendue dans les prochains jours, voire les prochaines heures de la part des deux camps pour forcer leur destin, les combattants fidèles à Tripoli tiennent leur position malgré les difficultés. Reportage.

Houssein Mansouri veut à tout prix déloger le sniper qui se situe pourtant à plus d'un kilomètre : « Le sniper qui vient de nous tirer dessus est dans ce building. Je l'ai vu, mais il y a une famille à l'intérieure, je ne peux pas viser. »

Au-delà de l'immeuble en question, c'est le carrefour qui fait la jonction entre Ayn Zara et Wadi al-rabi qui est en jeu. Qui le détient a le contrôle de l'accès sud-est de Tripoli. La présence de civiles dans la zone empêche l'utilisation d'armes lourdes.

Pourtant Houssein Mansouri, comme ses camarades des unités pro-gouvernement de Tripoli, aimerait en finir au plus vite, craignant la puissance de feu de l'ennemi. « Haftar possède des tanks modernes, dit-il, des T72 et T92, des missiles Grads, des avions, des hélicoptères... Il utilise des armes modernes que je n'avais vues que dans les films d'action. »

Surtout, ces combattants s'insurgent d'être assimilés à des terroristes. « Haftar prétend qu'il veut combattre les terroristes. Je le combats. Est-ce que je ressemble à un terroriste ? » Mouath Cherif est venu au front malgré sa jambe droite amputée alors qu'il combattait l'État islamique à Syrte en 2016.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.