Sénégal: 2000 hectares de terre seront irrigués dans la 1ère phase du PARIIS (coordonnateur)

Kaffrine — Quelque 2000 hectares de terre seront aménagés dans dix régions du Sénégal dans le cadre de la première phase du Projet d'appui régional à l'initiative pour l'irrigation au Sahel (PARIIS), a indiqué mercredi à Kaffrine (centre), son coordonnateur national, Ali Sané Niang.

"Pour cette première phase du projet PARIIS, il y a une superficie qui est attendue du Sénégal par rapport aux autres pays.

Nous en sommes à plus de 2 000 hectares qu'il faudra réaliser", a-t-il fait savoir au lancement officiel du PARIIS dans cette région du centre du Sénégal.

Différents représentants d'organisations paysannes, de structures évoluant dans le secteur agricole, des élus locaux et de membres de l'administration territoriale ont pris part à la manifestation présidée par l'adjoint du gouverneur de Kaffrine chargé des affaires administratives, Matar Cissé.

Le PARIIS, piloté par une unité locale de coordination et de gestion, est placé sous la tutelle du ministère de l'Agriculture et de l'Equipement rural.

Il est basé sur "une approche régionale axée sur le concept de solutions d'irrigation". Sa mise en œuvre s'étale sur six ans (2018-2024), a-t-on appris de son équipe de coordination.

L'initiative à vocation sous régionale bénéficie d'un financement initial de la Banque mondiale à hauteur d'environ 16 milliards de frs CFA.

Les régions de Kaffrine, Kaolack, Fatick, Kolda, Tambacounda, Matam, Thiès, Saint-Louis, Sédhiou et Ziguinchor figurent parmi ses zones d'intervention.

"L'objectif principal de ce projet est d'augmenter l'irrigation. Il vise à améliorer sensiblement les investissements autour de l'irrigation.

Nos Etats ont décidé à travers ce projet d'augmenter les superficies irriguées pour atteindre une plus grande production agricole mais aussi d'augmenter les revenus des producteurs", a expliqué Sané.

"Nous allons démarrer les investissements et déterminer les superficies à irriguer dans les différentes zones d'intervention après l'identification des sites et leur validation par les autorités régionales", a-t-il ajouté en assurant que le focus sera surtout mis sur la riziculture et sur le maraichage.

La mise en place de projet traduit la volonté des six Etats du Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tchad) de combiner leurs efforts afin d'accroître le rythme et la qualité des investissements dans l'agriculture irriguée suivant une approche participative et systémique, a-t-il rappelé.

"Le PARRIS est un programme qui arrive à son heure dans la région de Kaffrine. C'est un projet que nous accueillons avec beaucoup d'espoir et avec plaisir.

Nous avons l'espoir qu'il va apporter les solutions que nous rencontrons au niveau des barrages et des fermes hydro agricoles ", s'est pour sa part réjoui le Directeur régional de développement rural (DRDR) de Kaffrine, Samba Ndao Tall.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.