Maroc: Enquêtes judiciaires avec 100 gérants et employés de centres d'appels fictifs

Suspectés de vol, de transfert et de piratage d'appels téléphoniques

Les services de la police judiciaire de Casablanca, Marrakech, Meknès, Oujda et Khénifra ont ouvert des enquêtes judiciaires sous la supervision du parquet compétent avec cent gérants et employés de centres d'appels fictifs pour leur implication présumée dans l'exploitation de ces centres sans obtenir les autorisations légales, ainsi que dans le vol, le transfert et le piratage d'appels téléphoniques.

Le procédé criminel des mis en cause consiste à appeler des victimes à partir d'un numéro enregistré à l'étranger en se contentant d'une seule sonnerie pour pousser la victime à rappeler avant de transférer son appel à un centre fictif qui rallonge la durée de la communication pour épuiser le solde et faire payer à la société de télécommunication nationale, ayant reçu les sonneries suspectes, les frais d'appels en devise étrangère, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), notant que les pertes ont été arrêtées à plus de deux millions de dirhams.

Les enquêtes et investigations techniques menées par les services de la police judiciaire, en coordination avec le service de lutte contre les crimes liés aux nouvelles technologies, ont permis de détecter ces actes criminels, localiser cinq centres d'appels fictifs dans plusieurs villes marocaines, et d'interpeller 94 employés de ces centres ainsi que six gérants suspectés de pirater, de transférer des communications internationales et d'escroquer des victimes, précise la même source dans un communiqué.

Les fouilles effectuées dans le cadre de cette affaire ont conduit à la saisie de matériel informatique dont des ordinateurs, des dispositifs d'appels et des mécanismes de transfert de communications internationales, suspectés d'être utilisés à des fins criminelles.

Les suspects sont soumis à l'enquête judiciaire sous la supervision du parquet compétent en vue de déterminer les actes criminels qui leur sont reprochés, les ramifications de ces activités, tant au niveau national qu'international et d'arrêter les individus potentiellement impliqués dans ces crimes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.