Algérie: Cristalliser les revendications populaires en propositions dans le cadre d'un dialogue sérieux

Alger — Le ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement, Hassan Rabehi, a plaidé, mercredi à Alger, pour la cristallisation des revendications, exprimées lors des marches pacifiques, en propositions dans le cadre d'un dialogue sérieux".

Il a insisté, à ce propos, sur l'importance de "désigner des compétences pour représenter les manifestants dans ce dialogue" dont le but serait de "parvenir à un programme d'action consensuel pour mener le pays à bon port à travers l'organisation d'une élection présidentielle libre, démocratique et régulière".

Estimant "insensé" d'exclure l'Etat de ce dialogue, le Porte-parole du Gouvernement a affirmé que "toutes les propositions sont les bienvenues, pour peu qu'elles soient au mieux des intérêts suprêmes du pays".

Par ailleurs, M. Rabehi a évoqué la rencontre de concertation organisée lundi par la Présidence de la République, estimant que les parties qui y ont pris part "méritent toute leur place, étant représentatives, agrées et libres dans l'expression de leurs opinions".

Pour ce qui est de l'absence du chef de l'Etat lors de cette rencontre, le Porte-parole du Gouvernement a fait savoir que "M. Bensalah, chef de l'Etat en vertu de la Constitution, assume de lourdes responsabilités et sa non présence était dictée par sa volonté d'assurer les conditions propices à un dialogue inclusif".

Saluant les dernières déclarations du Général de Corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, Chef d'Etat-Major de l'Armée nationale populaire (ANP), qui a évoqué l'apparition de certaines voix qui ne veulent aucun bien à l'Algérie, et qui incitent à l'entêtement et à l'entrave de l'action des institutions de l'Etat, le ministre de la Communication a appelé à "éviter le piège de ceux qui propagent des préjugés contre les cadres de l'Etat et le staff du Gouvernement sans les connaître réellement".

En réponse à une question sur les enquêtes diligentées par la Justice et la campagne d'interpellations à l'encontre de nombre de haut responsables de l'Etat et hommes d'affaires, le Porte-parole du Gouvernement a indiqué que "l'Algérie est entrée de plain pied dans l'ère de la démocratie", ajoutant que "la Justice est au-dessus de tous et c'est à elle qu'échoit la mission d'examiner tous les dossiers ayant porté préjudice à l'économie nationale et à la stabilité du pays".

Dans ce contexte, le ministre a déclaré que "le Gouvernement ne peut interdire aux citoyens, ni à la presse d'être présents au niveau des cours de justice devant lesquelles ces prévenus comparaissent".

A une question sur le mouvement partiel opéré récemment par le chef de l'Etat dans le corps des walis, le Porte-parole du Gouvernement a affirmé que "ce mouvement intervient en réponse aux exigences de la conjoncture".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.