Maroc: Les enseignants contractuels maintiennent la protestation, la tutelle refuse le dialogue

Rabat — Plusieurs milliers d'enseignants contractuels marocains ont manifesté mardi et mercredi dans les rues de la capitale Rabat pour réclamer leur droit d'intégration dans les rangs de la fonction publique, dénonçant la décision du ministère de l'Education de fermer les portes du dialogue sur leur revendication, ont rapporté des médias locaux.

Portant pour la plupart des blouses blanches, ils ont défilé de la place Bab el-Had, près de la médina, vers le Parlement, dans le centre de la capitale, mais ils ont été bloqués par les forces de l'ordre au niveau de boulevard Hassan II, ont indiqué des médias marocains.

Les enseignants contractuels marocains, déterminés à poursuivre leur mouvement de lutte pour faire valoir leur "droit à l'intégration à la fonction publique", ont marché également mercredi à Rabat en direction du Parlement, pour interpeller les députés sur leur situation de "précarité".

Cette manifestation marque la reprise du mouvement de protestation des enseignants contractuels, après une relative accalmie suite à la suspension le 15 avril de la grève observée depuis le mois de mars dernier.

La rencontre, qui devait être la deuxième entre les "contractuels" et le ministère depuis le lancement de leur mouvement de grève, a été annulée, a accusé le département de l'Education dans un communiqué, à cause de "certains enseignants grévistes qui n'ont pas honoré leurs engagements", à savoir la reprise des cours avant toute discussion sur les revendications.

Face à cette situation, les enseignants contractuels se disent déterminés à poursuivre le mouvement de grève, qui concerne 55.000 personnes recrutés dès 2016 sur la base de contrats à durée déterminée (CDD), alors que les parents d'élèves craignant quasiment une année blanche.

Plus de 300.000 élèves ont pâti des absences des enseignants, a indiqué un bilan officiel.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.