Tchad: Le président du Collectif contre la vie chère renonce à sa marche

Soldats tchadiens devant le tribunal de Ndjamena (photo d'illustration).

Au Tchad, le président du Collectif contre la vie chère, Djingamnayal Nelly Versinis, a été libéré le 24 avril au soir. Il avait été arrêté la veille pour avoir maintenu son appel à la marche de ce jeudi contre la pénurie de gaz butane malgré l'interdiction du ministère de la Sécurité publique.

A sa libération, il a tenu un point presse à son domicile pour demander finalement à la population de surseoir à ce rassemblement.

Mais il lance un ultimatum : si le gouvernement ne tient pas sa promesse de fournir le gaz domestique dans les deux semaines, il relancera des demandes de mobilisations citoyennes.

Ce n'est pas un recul. Nous demandons à la population de rester vigilante.

De leur côté, les membres du collectif qui a appelé à la marche indiquent qu'ils ne se reconnaissent pas dans la décision appelant à suspendre la marche.

Nous appelons la population à sortir ce jeudi, indiquent-ils dans un texte publié quelques instants après la diffusion du texte suspendant la marche.

« Mr Versinis, qui était entre les mains de la police depuis 24 heures, a agi sous la contrainte », indiquent-ils.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.