Congo-Kinshasa: Kisangani - Fatshi réaffirme sa détermination à en finir avec les antivaleurs

25 Avril 2019

Après Lubumbashi et Kasumbalesa dans la province du Haut Katanga, Goma et Beni au Nord-Kivu, Kalehe dans le Sud-Kivu, Boma dans la province du Kongo Central, le Président de la République a séjourné du 23 au 24 avril 2019 dans la ville de Kisangani, capitale de la province de la Tshopo.

Venu pour remercier ceux des électeurs qui l'avaient chaleureusement accueilli lors de la campagne électorale et voté effectivement, puis procéder à l'inauguration de quelques ouvrages déjà réalisés dans le cadre des 100 jours, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a eu l'occasion d'échanger, cette fois-ci en tant que Président de la République avec les « Boyomais ».

L'échange Fatshi-Bonyomais est intervenu dans la soirée de mardi à la Place de la Poste, au retour de la rivière Wanyarukula, où le Chef de l'Etat a inauguré le pont Lubuya. C'était l'occasion pour Félix Tshisekedi de réaffirmer les principes fondamentaux sur lesquels il compte asseoir l'action de son gouvernement. Il s'agit notamment de la lutte sans relâche contre les antivaleurs - en l'occurrence la corruption, l'impunité, le tribalisme - ces maux qui détruisent le pays.

Il a commencé par rappeler les promesses qu'il avait faites lors de la campagne électorale.

Concernant la démocratie, les libertés d'expression et le respect des droits de l'homme, « Je vous informe en ces instants que tous les cachots, qui étaient remplis de gens au motif qu'ils avaient participé à la marche, ont été fermés. Et jamais, je ne permettrais que le Congolais soit arrêté pour raison d'opinion ».

Quant à la lutte contre les antivaleurs qui ont détruit le pays, à savoir : la corruption, l'impunité et le tribalisme, il n'y aura plus d'excuses. Cela doit s'arrêter. Voilà pourquoi, on va renforcer les capacités de la justice afin d'aider à mettre définitivement un terme à toutes ces antivaleurs.

Pour ce qui est du bien-être social, il a promis d'améliorer les conditions d'études des étudiants et d'examiner le problème des frais académiques. Il en a discuté le lendemain avec les responsables de l'université de Kisangani. Il en a profité pour rassurer toutes les couches sociales qu'aucune ne fera l'objet d'oubli durant son mandat. Tout le monde sera pris en compte dans ce chapitre des conditions sociales. Etudiants, fonctionnaires, médecins, militaires et policiers, commerçants, mamans maraîchères ... bref, on s'occupera de tout le monde.

A propos des barrières érigées partout que déplore la population, il a informé ses interlocuteurs qu'il venait d'instruire le gouverneur à ce sujet, en lui recommandant de lever toutes les barrières et laisser les commerçants travailler en toute tranquillité. Car, c'est grâce aux impôts qu'ils payeront que l'Etat aura des moyens pour résoudre les problèmes de la population.

En ce qui concerne le courant et l'eau potable, il a dit que cela constitue un grand chantier pour l'ensemble de la République.

L'expertise congolaise n'est pas en déphasage

Contrairement à l'idée que certains compatriotes, les plus sceptiques, se faisaient, l'élite congolaise vient de prouver qu'elle est capable de mieux faire. Il suffit de lui donner le nécessaire et la mettre à l'épreuve.

La réalisation, en un temps record, à savoir poser un pont capable de supporter des charges allant jusqu'à 60 tonnes en 25 jours, est une preuve que les ingénieurs congolais sont aussi capables de merveilles.

Prenant la parole pour introduire le Chef de l'Etat, le Directeur général de l'Office de Routes a donné quelques précisions en ce qui concerne les fiches techniques des ouvrages réalisés ainsi que leur importance pour relier les provinces.

Le pont Lubuya, jeté sur la rivière Wanyarukula, à 54 km de la ville de Kisangani, est construit en remplacement d'un vieux pont datant de 1955 et qui ne répondait plus à la charge. Ayant une portée de 30 m avec une capacité de 60 tonnes, le pont Lubuya va faciliter le trafic entre plusieurs provinces du pays, notamment le Nord et le Sud Kivu, le Maniema et la Tshopo.

Le deuxième pont est celui de Lubunga, qui reliera la ville de Kinshasa au Grand Kasaï à travers le Sankuru. Il a été inauguré hier mercredi par Félix Tshisekedi.

Les deux ponts ont été réalisés par les ingénieurs de l'Office des Routes avec le financement du Fonds de Promotion de l'Industrie (FPI).Dom

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.