Sénégal: Incendie au centre commercial métropolitain - 3 personnes dont un nourrisson «intoxiquées» par la fumée et d'énormes pertes matérielles

Le centre commercial Metropolitan, sise à l'avenue Blaise de Dakar, a pris feu dans la nuit du mardi 23 au mercredi 25 avril. Alertés, les Sapeurs-pompiers sont arrivés sur les lieux dans la nuit du mardi aux environs de 2h45mn.

Après moult tentatives, ils ont réussi à neutraliser le feu, qui avait fini de consumer tout le bâtiment de 5 étages.

Mais, au moment de l'évacuation des immeubles avoisinants, 3 personnes, dont 1 nourrisson, ont été suffoquées par la fumée du feu qui a causé de nombreuses pertes matérielles.

Les incendies récurrents de marchés et autres lieux de commerce refont encore surface. Apres des marchés de la capitale et de plusieurs régions à l'intérieur du pays, c'est au tour du centre commercial Métropolitain, situé vers Keur Serigne Bi, à hauteur de Orca (Dakar), de succomber aux flammes.

Un incendie dont l'origine est toujours méconnue à complètement ravagé l'immeuble de 5 étages, dans la nuit du mardi 22 au mercredi 23 avril.

Interpellé à 2h35mn, les Sapeurs-pompiers se sont présentés sur place 5 mn après. C'est à «2h40mn que les premiers secours, la compagnie de Malick Sy, s'est présentée», fait savoir le Lieutenant-Colonel Papa Ange Michel Diatta, Commandant du Groupement d'incendie et de secours numéro 1 à la Brigade nationale des Sapeurs-pompiers.

Il explique que l'accès était difficile à leur arrivée; ce «qui nous a poussé à demander du renfort, et on a même été obligé de sacrifier un peu la sécurité incendie en faveur de la sécurité anti intrusion», dixit le Lieutenant-Colonel. Et de poursuivre: «les premiers renforts étaient des sauvetages déblaiement».

Pour le Lieutenant-Colonel Diatta, cette inaccessibilité s'explique par les rideaux en fer qui servaient de portes aux magasins.

Malgré l'ouverture sur la façade Ouest, «il a fallu que la SDE intervienne pour défoncer toutes les portes et nous permettre d'accéder», entonne-t-il. Selon lui, le «soucis majeur» c'était d'abord d'accéder à l'intérieur du bâtiment, pour éviter les ruptures d'attaques. Ensuite, il fallait maîtriser le feu.

Et, «vu qu'il n'y a pas d'hydrants (bouches d'incendie, ndlr), ou des poteaux, nos engins étaient obligés de faire des aller-retour (Noria) pour se ravitailler en eau et cela prend du temps», se désole le Commandant des Sapeurs-pompiers.

Non sans souligner qu'il fallait aussi éviter les propagations, vu qu'il y a des immeubles aux alentours. Il relève qu'au moment de l'évacuation, «il y avait 3 personnes intoxiquées par la fumée, dont un nourrisson. Et, heureusement, elles ont été vite évacuées et prises en charges par notre équipe médicale», rassure-t-il.

Tout en dressant un bilan lourd, en pertes matérielles, il ajoute que même la structure du bâtiment est menacée, compte tenu du potentiel calorifique qui existe et le déficit d'exutoire.

Parce que pour des immeubles de ce genre, quand il y a la fumée, le bâtiment doit être évacué et cela n'existe pas; ce qui rend compliqué l'extinction.

Pour le Lieutenant-Colonel Diatta, le travail n'aurait pas été facile, n'eut été l'intervention de la Police «qui nous a aidé à sécuriser les lieux et nous permis de travailler facilement, mais aussi la SENELEC pour couper l'électricité et la SDE parce que les hydrants les plus proches se trouvent à l'Assemblée nationale, à la Caserne Malick Sy ou en face de l'intendance des Armées.

Et ces bouches d'incendies, surtout à ces heures, souffrent d'un déficit de pression. Il a fallu qu'on appelle la SDE pour qu'elle puisse rehausser la pression et permettre à nos engins de ne pas durer», dixit le Commandant des Sapeurs-pompiers.

Pour le préfet de Dakar Alioune Badara Samb qui était sur le lieu du sinistre durant toute la nuit avec ses collaborateurs pour superviser les travaux des pompiers, avant de prendre congé des soldats du feu top le matin pour quelque minutes, l'incendie, qui a ravagé l'immeuble Métropolitan, pourrait être parti du sous-sol du bâtiment.

«C'est un bâtiment à sous-sol. Le feu a probablement pris à partir des étages inférieurs, le sous-sol, ou le rez-de-chaussée et s'est propagé dans les étages supérieurs», a indiqué l'administrateur civil. Il confirme que les Sapeurs-pompiers étaient sur place vers 2 heures du matin.

Mais, leurs opérations n'ont pas été faciles, du fait de la «configuration du bâtiment qui ne favorise pas un accès facile», y compris les tissus et autres articles inflammables. Les soldats du feu ont pu, cependant, empêcher que les flemmes n'atteignent les bâtiments voisins.

MAGASIN SCRUPULDOS REDUIT EN CENDRE : Plus de 100 millions en marchandises brûlés

Les dégâts causés par l'incendie de l'immeuble Metropolitan sont évalués à plus de 100 millions, rien dans le magasin Scrupuldos, selon Emedia.

La mine des jours tristes, Anna Kamal regarde, impuissante, les flammes ravager l'immeuble abritant le magasin Scrupuldos. Proche de la victime, elle souligne que sa fille est mariée au beau-frère de Khaled Kawar, propriétaire du magasin.

«On a été informés le matin. On a accouru sur place pour venir voir ce qui se passait et on a trouvé le feu dans tout l'étage et jusqu'à présent, il n'arrive pas à maîtriser le feu (l'entretien a été réalisé avant midi).

Cela fait mal parce que c'est quand même un investissement lourd. Bien garni, le magasin proposait du textile, des vêtements pour bébés, enfants, ameublements. Parlant de Khaled, elle décrit un chic type, honnête et un homme de cœur qui ne méritait pas ça.»

Un bilan d'autant plus lourd que selon des informations recueillies sur place par emedia.sn, le propriétaire venait de recevoir, la semaine dernière, des conteneurs de marchandises d'une valeur estimée à une centaine de millions de F CFA.

Khaled n'est autre que le frère de Djamel Kawar, propriétaire du magasin Orca situé en face du Scrupuldos.

Ravagé par les flammes, l'immeuble ne présente plus «aucune résistance», selon les précisions d'un des éléments de l'unité de sauvetage et de déblaiement recueillies sur place par emedia.sn.

D'ailleurs, le panneau d'autorisation de destruction y a été déjà implanté.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.