Cameroun: Deido - Une concession ravagée par les flammes

L'incendie qui a dévasté chambres et studios s'est produit mardi en début de soirée.

La quiétude des populations du lieu-dit rue marché Deido a été subitement interrompue le 23 avril dernier aux environs de 18 h par un incendie. Aidées par la force du vent, les flammes ont rapidement gagné en intensité. Une marmite oubliée sur le feu serait à l'origine du drame.

La mobilisation des populations, qui essayaient tant bien que mal d'éteindre les flammes, n'a pas servi à sauver grand-chose de cette concession aux allures de mini-cité où cohabitaient plusieurs locataires. Conséquence : des chambres et studios totalement consumés par la furie des flammes.

Dans la foulée, les bâtiments commerciaux jouxtant la concession en proie aux flammes ont rapidement été vidés de leur contenu par les propriétaires, aidés par des volontaires. A l'arrivée des sapeurs-pompiers, les flammes avaient déjà consumé la quasi-totalité de la concession. Il aura fallu près de vingt minutes aux soldats du feu pour trouver une voie d'accès dans ce quartier populeux.

Secondés par la police et après plusieurs manœuvres, les pompiers ont réussi à s'introduire dans le site encore en flammes, où les voisins continuaient de batailler contre le feu par des moyens rudimentaires. Au regard des difficultés d'accès sur le site de l'incendie, les populations (une fois n'est pas coutume) se sont accordées à reconnaitre que l'intervention des sapeurs-pompiers aurait été plus efficace si la servitude n'avait pas été occupée de façon anarchique.

Eux qui sont très souvent accusés d'arriver toujours en retard. « Les gens construisent jusqu'en route ! Voilà les conséquences... », s'est indigné un riverain, irrité. Cet énième incendie remet au goût du jour le sempiternel problème de constructions anarchiques dans la ville de Douala. Au moment où nous quittions les lieux, les sapeurs-pompiers avaient déjà circonscrit et maitrisé les flammes. Aucune perte en vie humaine n'a été enregistrée.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.