25 Avril 2019

Congo-Brazzaville: Vie des partis - L'opposition congolaise favorable au dialogue

Lors d'une conférence de presse qu'elle a animée, le 24 avril à Brazzaville, sous la direction de son président, Pascal Tsaty Mabiala, l'opposition s'est prononcée en faveur du prochain dialogue en préparation. A cet effet, elle a invité le chef de l'Etat à « lever tous les obstacles psychologiques » afin que ces énièmes assises politiques se tiennent.

Dans son mot liminaire, l'opposition a commencé par dévoiler sa feuille de route 2019. Elle a saisi l'occasion pour donner son point de vue sur sa participation à un éventuel dialogue national qui défraie déjà la chronique dans les états-majors politiques, notamment dans d'autres cartels de l'opposition qui récusent la démarche.

Sur cette question, en effet, l'opposition politique congolaise a été claire. Elle souhaite de tous ses vœux que ces assises politiques aient lieu comme souhaité afin de permettre aux uns et aux autres de se parler en face pour le bien du pays.

« Il y a urgence à ce que la classe politique se parle, et le temps nous est imparti car seul le dialogue pris dans son sens étymologique pourrait, sans aucun doute, ouvrir d'autres perspectives à notre pays. C'est ici l'occasion, une fois de plus, d'inviter le président de la République à lever les obstacles psychologiques et toute réticence pour que soit tenu ce dialogue tant attendu », relève la déclaration de ce cartel politique.

S'agissant du contenu de ces échanges, l'opposition suggère qu'un débat franc s'ouvre en amont, sur la gouvernance politique. Il s'agit, selon elle, de trouver des réponses aux questions de l'unité nationale, de redistribution équitable du revenu national, de la démocratie, de l'utilisation des cadres dans l'administration publique et de la gestion de l'administration pétrolière.

La refonte du fichier électoral parmi les axes prioritaires en 2019

Au cours de cet échange avec la presse, l'opposition a dévoilé sa feuille de route de l'année en cours. Plusieurs points retenus sont consignés, en effet, dans un cahier des charges à transmettre très prochainement au gouvernement.

Entre autres, la refonte du fichier électoral, dans le but de nettoyer le corps électoral bourré, selon cette plate-forme, des données erronées. Il faut ajouter à cela la réécriture de la loi électorale, en y intégrant de nouvelles réformes nécessaires liées à la plénitude des compétences de la Commission nationale électorale indépendante (CNEI) ainsi que le découpage électoral.

L'opposition tient aussi à la définition du rôle du ministère de l'Intérieur dans le processus électoral ; l'implication des informaticiens de cette famille politique dans le traitement des données au sein de la sous-commission informatique du comité technique de la CNEI. De même, elle veut obtenir la revue à la baisse du montant des cautions de participation aux différentes élections, ainsi que la lutte contre la fraude et la corruption dans le processus électoral.

Congo-Brazzaville

Cuvette ouest - Ne sacrifions pas l'avenir de nos enfants !

Intéressé par les questions qui touchent à la culture, nous avons été… Plus »

Copyright © 2019 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.