Sénégal: Désencombrement des grandes artères de la capitale - Le préfet de Dakar assainit les alentours de l'assemblée nationale

Le ministère de l'Urbanisme, du Logement et de l'Hygiène publique, avec à sa tête Abdou Karim Fofana, le préfet de Dakar, Alioune Badara Samb, en compagnie de sous-préfet de Dakar-Plateau Djiby Diallo et les autorités municipales, ont lancé la nuit de mardi à mercredi, aux environs de 00h, une opération de désencombrement des grandes artères de la capitale, après plusieurs sommations. Cette opération qui concerne pour le moment les épaves de véhicule, a commencé par les alentours de l'Assemblée nationale.

Le Centre-Ville de Dakar commence à respirer. Dans la nuit de mardi à mercredi, Abdou Karim Fofana, ministre de l'Urbanisme, du Logement et de l'Hygiène publique, le maire de la Ville et les préfets de Dakar ont engagé la première phase du désencombrement du Centre-Ville dakarois.

Plusieurs épaves de véhicules ont été retirées des voies publiques. En effet, c'est vers 00h, dans la nuit du mardi 23 avril, que l'opération a débuté aux alentours de l'Assemblée nationale. Trouvé sur les lieux le lendemain matin à 11h, hier mercredi 24.

Le ministère de l'Urbanisme, du Logement et de l'Hygiène publique, avec à sa tête Abdou Karim Fofana, le préfet de Dakar, Alioune Badara Samb, en compagnie de sous-préfet de Dakar-Plateau Djiby Diallo et les autorités municipales, ont lancé la nuit de mardi à mercredi, aux environs de 00h, une opération de désencombrement des grandes artères de la capitale, après plusieurs sommations.

Cette opération qui concerne pour le moment les épaves de véhicule, a commencé par les alentours de l'Assemblée nationale. avril,

Omar, un marchand ambulant fait savoir que l'opération concerne uniquement les épaves de voitures «stationnées dans le désordre et qui rendaient la circulation presque impossible».

De l'avis de ce jeune-home, la trentaine, le préfet «a bien fait parce qu'ici les mécaniciens laissent trainer des carcasses qu'ils devraient jeter à la mer pour permettre aux poissons de se reproduire». Toutefois, rappelle ce jeune-homme, ce n'est pas la première fois que des opérations de ce genre sont effectuées.

«Mais, le plus grand problème demeure le suivi», se désole Omar. El Hadj a, quant à lui, salué le geste du préfet.

«Il m'a lui-même appelé au téléphone vers 1h du matin». Il explique qu'il s'est immédiatement rendu sur les lieux, vue qu'il y détient un garage (de mécanicien), afin d'évacuer l'épave de voiture qu'il avait laissé là-bas.

Au fait, «j'avais laissé ici une seule carcasse et j'ai utilisé les moyens du bord pour l'amener ailleurs», dixit El Hadj. Qui pense que cette opération devait se faire en pleine journée, au lieu d'attendre que «les gens rentrent chez eux pour leur demander de venir à des heures aussi tardives».

Même s'il estime que c'est une bonne chose, El Hadj demande aux autorités de leur affecter des sites dédiés afin d'exercer correctement leur métier.

Cette opération de désengorgement de la capitale intervient au lendemain de la sortie du président de la République nouvellement réélu, Macky Sall, qui, à l'occasion de sa prestation de serment, le 02 avril dernier, a donné des instructions dans ce sens.

En application de cette mesure, toutes les autorités administratives et locales se sont hâtées à la tâche pour faire de Dakar une ville propre.

Des opérations de désencombrement sont envisagées un peu partout, dans toutes les municipalités ou presque de la région.

Et la dernière en date est celle entamée avant-hier par le préfet de la ville de Dakar qui, après plusieurs sommations est finalement passé à l'acte.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.