Cameroun: Le calvaire des Camerounais de la Diaspora dans les aéroports du Cameroun

Est-il désormais risqué de fouler le sol de son pays lorsqu´on est camerounais, vit à l´étranger et exprime une pensée critique ?

C´est la question qui inquiète de plus en plus, au regard d´une kyrielle de fouilles et de terreur et de menaces implicites ou explicites infligées à certains Camerounais de la Diaspora, soupçonnés de s´inscrire en faux contre le régime politique au pouvoir au Cameroun.

Nous sommes à l´aéroport international de Douala. Gervais Ze-Baze (nom changé) est ingénieur camerounais vivant en Europe. Il vient de passer un séjour pas le plus paisible au pays natal qu´il adore et chérit tant. Bien sûr que la donne sociopolitique est loin de le laisser tranquille. Observateur averti, Gervais n´est ni activiste ni membre d´un parti politique. Toutefois, son devoir de citoyenneté l´interpelle. Régulièrement il donne son avis sur l´évolution de la situation politique et économique de son pays et ceci via les réseaux sociaux.

Sa page Facebook et son compte tweeter seraient-ils désormais la cible des personnes agissant dans l´ombre pour traquer ceux-là qui osent formuler une pensée allant à l´encontre de celle du pouvoir ? D´ailleurs il se raconte que dans sa ville d´accueil, certains individus se seraient vu confier la mission d´espionner ceux qui s´interrogent sur la gestion des affaires du pays. Et comment ne pas remettre en question une telle gouvernance étant donné le nombre de condamnés pour détournements des deniers publics et les sommes colossales engouffrées par ces derniers au détriment du peuple souffrant.

Comme disait le chercheur camerounais Léonard Jamfa, dans certains africains, même l´air qu´on respire serait une grâce présidentielle. Gervais est loin de cette grâce présidentielle lorsqu´il se remémore son dernier voyage en direction de Paris.

À l´aéroport international de Douala, il est fouillé minutieusement, ses ordinateurs et ses programmes de travail sont scannés, enregistrés et analysés de fond en comble.

De temps en temps, on le laisse attendre, en faisant passer d´autres passagers, les agents de sécurité téléphonant tous azimuts à partir d´une cabine vitrée et faisant passer des codes comme s´il s´agissait d´un terroriste d´obédience internationale. Gervais finira par embarquer mais il ne sait pas ce qui l´attend lors de son prochain séjour. « J´ai l´impression qu´on est retourné à l´époque du père Foch où prononcer un mot au sujet de la politique pouvait être périlleux pour le malheureux auteur de la parole, » nous confie Gervais. « Mais c´est mon pays. Son bonheur c´est ma seule préoccupation et personne ne me dira le contraire, » conclut-il en souraient.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.