25 Avril 2019

Soudan: Une marche géante pour presser le Conseil militaire de céder le pouvoir

Photo: France 24/YouTube
Un véhicule de l'armée assistant à la manifestation du 25 avril à Khartoum.

Alger — Une foule nombreuse de manifestants s'apprêtait jeudi à marcher dans les rues de Khartoum, en réponse à l'appel de l'Association des professionnels lancé mercredi pour l'organisation d'une "marche du million" en vue d'accentuer la pression sur le Conseil militaire de transition, jusque-là réticent quant à l'idée de transférer le pouvoir à une autorité civile.

Depuis le renversement du président Omar el-Béchir le 11 avril par l'armée sous la pression de la rue, le mouvement de contestation réclame que cette instance, qui s'est donnée un mandat de deux ans, transfère le pouvoir à une autorité civile seule capable, selon les manifestants d'organiser une présidentielle démocratique.

"Nous appelons à une marche d'un million de personnes pour jeudi", a déclaré Ahmed al-Rabia figure de l'Association des professionnels soudanais (SPA).

Des juges devraient rejoindre, pour la première fois, les manifestants. "Ils se mobiliseront pour soutenir le changement et pour (réclamer) un système judiciaire indépendant", selon un communiqué diffusé mercredi par une association professionnelle de juges.

Mardi et mercredi, des centaines de personnes venues d'autres villes du Soudan dont Madani et Atbara (centre) avaient rejoint les manifestants, selon des témoins.

L'un des leaders de la contestation, Siddiq Farouk, avait menacé mercredi d'une "grève générale" à travers le pays si le Conseil militaire n'accédait pas aux revendications des manifestants.

Sous la pression de la rue, le Conseil militaire a convié en extrémis les chefs de l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC) à une réunion mercredi soir au palais présidentiel, avait indiqué l'ALC dans un communiqué.

Ladite rencontre a débouché sur un accord entre les deux parties selon le Conseil militaire. "Le Conseil militaire a conclu un accord avec l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC),sur la plupart des exigences présentées", a fait savoir le Conseil de transition sans donner plus de détails.

Plus tôt lors d'une conférence de presse, un haut responsable de l'opposition, Omar el-Digeir, a déclaré que les leaders du mouvement de contestation étaient prêts à parler directement avec le chef du Conseil militaire, le général Abdel Fattah al-Burhane.

"Nous sommes prêts à discuter avec le chef du Conseil militaire et je pense que le problème peut être résolu par le dialogue", a déclaré Omar el-Digeir à la presse.

Les responsables du mouvement de contestation avaient annoncé dimanche la suspension des discussions avec les militaires, et appelé à intensifier les manifestations.

"Le Conseil militaire de transition au pouvoir n'est que le prolongement du régime d'el-Bachir avec qui il est impossible de négocier et de se mettre d'accord sur quoi que ce soit ", ont justifié les meneurs de la contestation.

Déclenchée le 19 décembre après la décision du gouvernement Béchir de tripler le prix du pain, la contestation s'est rapidement transformée en contestation inédite du président aujourd'hui déchu et emprisonné, et plus largement du système en place.

La Communauté internationale avertit le Conseil militaire

Outre la pression de la contestation, le Conseil militaire de transition au pouvoir a subi ces derniers jours une forte pression de la part de la communauté internationale l'invitant à transférer sans délais le pouvoir.

Dans le lot, il y a les Etats-Unis qui ont chargé au cours de la semaine écoulée Makila James, responsable du département d'Etat américain chargée de l'Afrique de l'Est de se rendre à Khartoum pour rencontrer les deux parties.

"Nous sommes ici pour encourager les parties à œuvrer ensemble afin de faire avancer ce projet au plus tôt", a déclaré Makila James, à son arrivée Khartoum. Avant d'ajouter : "le peuple du Soudan a formulé clairement sa demande. Nous voulons le soutenir dans cela, c'est la meilleure voie pour aller vers une société respectueuse des droits humains".

Un responsable américain avait indiqué plus tôt en avril que les Etats-Unis étaient prêts à retirer le Soudan de leur liste des pays accusés de soutenir le terrorisme si le Conseil militaire engageait un "changement fondamental" de gouvernance.

Mardi, des dirigeants africains réunis au Caire pour examiner la situation notamment au Soudan, ont appelé à une "transition pacifique et démocratique" d'ici trois mois dans ce pays. L'Union africaine (UA ) avait accordé auparavant un délai de 15 jours pour le Conseil de transition de transférer le pouvoir à une autorité civile sans quoi le Soudan serait radié de l'Union.

En savoir plus

Marche gigantesque à Khartoum pour demander un pouvoir civil

L'opposition soudanaise a appelé à une «marche du million» pour faire pression sur les… Plus »

Copyright © 2019 Algerie Presse Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.