Soudan: Marche gigantesque à Khartoum pour demander un pouvoir civil

Un véhicule de l'armée assistant à la manifestation du 25 avril à Khartoum.

L'opposition soudanaise a appelé à une «marche du million» pour faire pression sur les autorités militaires afin qu'elles transfèrent le pouvoir aux civils. C'est un succès : en bus, en voiture ou même en train, les manifestants sont arrivés de partout pour répondre à l'appel de l'opposition.

La manifestation du million s'est tenue à Khartoum ce jeudi 25 avril pour accélérer le processus de transition démocratique. L'appel de l'opposition a été très suivi malgré les engagements du Conseil militaire de satisfaire l'essentiel des demandes de l'opposition.

Devant le quartier général de l'armée, c'est une véritable marée humaine. Chants, cris, bâtons qu'on frappe contre des grillages : les manifestants ont décidé de faire du bruit. Et de prouver au Conseil militaire qui dirige le pays que leur détermination est intacte.

Ali Mohamed, 32 ans, est venu d'Atbara, où ont commencé les émeutes en décembre. Pour lui, la révolution n'est pas terminée : « L'ancien régime n'est pas totalement détruit.

Car on voit encore des visages de cette époque. Il ne faut pas s'arrêter de manifester maintenant. On va rester là jusqu'à ce qu'on ait tout obtenu ».

La jeunesse, qui n'a connu que le régime d'Omar el-Béchir, n'est pas prête à céder. Elle est consciente de sa force et se dit fière d'avoir réussi avec une révolution pacifique à faire plier un régime qu'elle a tant redouté.

Mansour el Khalifa Ahmed, avocat, a absolument tenu à participer à cette marche du million : « Être là, c'est très important pour garantir nos droits. On a aucun autre moyen pour les garantir. Nous, on n'a ni force ni arme ».

Le Conseil militaire de transition, qui avait annoncé vouloir répondre favorablement aux demandes de l'opposition, a dû prendre acte ce jeudi de l'ampleur de la mobilisation populaire au Soudan.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.