25 Avril 2019

Afrique de l'Ouest: UEMOA - 3,5 milliards F CFA pour couvrir le risque maladie

La commission de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et l'Agence française de développement (AFD) ont signé, le jeudi 25 avril 2019 à Ouagadougou, l'avenant 1 à la convention de financement du projet d'appui à l'extension de la couverture du risque maladie. D'un montant global de plus de 3,5 milliards F CFA, le projet a une durée de trois ans.

Le Projet d'appui à l'extension de la couverture du risque maladie (PACRM) de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) se relance après huit années de léthargie. En effet, l'institution sous régionale et l'Agence française de développement (AFD) ont signé, le jeudi 25 avril 2019, dans la capitale burkinabè, l'avenant 1 de la convention de financement, d'un montant de 5 400 000 euros soit environ 3 537 000 000 F CFA.

Pour une durée de trois ans, le projet va permettre aux pays-membres, de bénéficier d'un accompagnement technique en vue de la conduite de leurs processus nationaux de mise en œuvre d'une assurance maladie efficace. Le président de la commission de l'UEMOA, Abdallah Boureima, a rappelé que l'objectif ultime de son organisation est d'assurer le bien-être social des populations dont la santé. «Tirant les leçons des difficultés rencontrées dans la mise en œuvre du projet dont la convention a été signée en mai 2011, des échanges fructueux ont été engagés entre nos deux institutions. Ces échanges ont permis de convenir d'une prorogation de la durée du projet et de définir une modalité de mise en œuvre tenant compte des difficultés», a expliqué M. Boureima.

A l'écouter, dans la nouvelle approche, les deux parties ont voulu rendre le projet plus pertinent au regard des évolutions récentes constatées dans la dynamique de la couverture maladie dans l'espace et capitaliser les activités déjà réalisées. Il vise à combler, a-t-il ajouté, le déficit de financement aux populations les plus pauvres en apportant les ressources indispensables pour la mise en place du mécanisme d'accès aux soins de santé. Et à l'ambassadeur de la République française au Burkina Faso, Xavier Lapeyre de Cabanes, d'indiquer que la finalité du projet est de contribuer à l'amélioration de l'état de santé de la population des pays de l'UEMOA par un meilleur accès financier aux soins de santé.

L'engagement de l'UEMOA

«Il contribuera à positionner la commission dans son rôle de diffuseur de normes, d'accompagnant des Etats sur des sujets sensibles et innovants. Le contenu a été adapté pour tenir compte de la dynamique actuelle de la couverture du risque maladie de l'espace et des besoins exprimés par les Etats qui bénéficieront d'un appui différencié en fonction du niveau d'avancement de leur stratégie nationale en la matière», a précisé l'ambassadeur de France. Le projet vise notamment, a souligné Xavier Lapeyre de Cabanes, à proposer un cadre favorable aux mutuelles de santé, à appuyer la mise en place de cadres institutionnels et organisationnels pour l'extension de la couverture maladie en faveur des publics-cibles.

«Il est connu que l'existence d'une couverture du risque maladie est un élément de nature à réduire l'épargne de précautions des agents économiques, donc d'inciter à investir les sommes épargnées», a soutenu le diplomate français. Pour sa part, le président de la commission de l'UEMOA a pris l'engagement pour qu'au terme des trois prochaines années, le financement soit consommé et ait généré des résultats importants.

Le PACRM comprend trois composantes : l'appui au développement de l'Assurance maladie volontaire, l'appui à la conception et/ou à la mise en œuvre des stratégies nationales d'extension de la couverture du risque maladie, le renforcement des capacités de la direction de la santé et de la protection sociale.

Burkina Faso

Décès de 11 personnes gardées à vue à l'unité Anti-Drogue

Le Procureur du Faso près le Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou a été informé, ce… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.