Algérie: 1er pays en Afrique éligible à la certification de l'élimination du paludisme

Photo: OMS
À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme 2019, l’OMS se joint au Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme, à la Commission de l’Union africaine et à d’autres organisations partenaires pour promouvoir « Zéro Palu ! Je m’engage », une campagne inclusive qui vise à faire en sorte que le paludisme reste une priorité politique, à mobiliser des ressources supplémentaires et à donner aux communautés les moyens de s’approprier la prévention et la prise en charge de la maladie.

Alger — L'Algérie est le premier pays en Afrique à être éligible à la certification de l'élimination du paludisme (la malaria), a indiqué, jeudi, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mohammed Miraoui.

S'exprimant lors d'une journée d 'études, organisée à l'occasion de la célébration de la journée mondiale du paludisme, le 25 avril de chaque année, le ministre a affirmé que "l'Algérie est le premier pays en Afrique à être éligible à la certification de l'élimination de cette maladie", saluant, dans ce cadre, les efforts des professionnels de la santé et leur engagement dans la lutte contre la propagation de cette maladie dans la société".

"La célébration de cette journée en Algérie coïncide avec la dernière phase de la certification de l'élimination de cette maladie par l'Organisation mondiale de la santé (OMS)", a expliqué M. Miraoui, ajoutant que "la certification de l'élimination du paludisme est actuellement à la portée de l'Algérie".

A cette occasion, il a appelé à la nécessité de renforcer le contrôle, conformément aux nouvelles mesures, de développer le système de management de la qualité des laboratoires et d'intensifier la lutte contre les insectes vecteurs de cette maladie, y compris à travers la maitrise de la résistance aux pesticides.

Après avoir rappelé le nombre des cas de paludisme enregistrés en Algérie postindépendance qui s'élèvent à plus de 80.000 cas/an, le ministre a déclaré que "grâce à la volonté politique et à la mobilisation inédite de tous les intervenants, l'Algérie a pu juguler cette maladie durant les cinq dernières années".

M. Miraoui a valorisé "le rôle efficient" de l'Institut national de la santé publique (INSP) en matière d'élimination du paludisme, à travers une coopération active avec l'OMS.

Cette journée a été marquée par la présence des représentants des agences de l'ONU en Algérie et du Groupe pour la certification de l'élimination du paludisme (MECP).

Le paludisme ou la malaria, également appelée "fièvre des marais", constitue une véritable menace pour la santé publique. Cette maladie touche plus de 200 millions personnes/an et fait plus de 400.000 décès, dont 60 % d'enfants de moins de 5 ans, selon les données de l'OMS.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.