25 Avril 2019

Libye: Des ONG saisissent la justice contre une livraison de bateaux français

Photo: euronews/YouTube
Libya National Army vehicles on a road in Libya.

En février dernier, la ministre des Armées Florence Parly avait annoncé la livraison à la Libye de six embarcations dans le cadre du soutien français « aux efforts de la marine libyenne pour lutter contre l'immigration clandestine », selon le ministère. Huit ONG internationales, dont Amnesty International et Médecins sans frontières, ont déposé jeudi 25 avril un référé en urgence pour suspendre la livraison des bateaux, en attendant que le tribunal se prononce de manière définitive sur la légalité de cette livraison.

Pour les ONG, cette livraison de bateaux est illégale au regard des engagements internationaux pris par la France.

Leur argumentation est la suivante. Premier point : même si ces embarcations sont fournies sans armement, elles sont considérées comme du matériel de guerre par la loi française, du seul fait qu'elles ont été conçues pour un usage militaire.

En les livrant, la France viole donc l'embargo onusien et européen sur le matériel militaire à destination de la Libye, estiment les ONG.

Deuxième point : la France a ratifié un traité sur le commerce des armes, qui lui impose de ne pas transférer de matériel militaire qui aurait pour conséquence de violer le droit international.

Or, soulignent les ONG, de nombreuses violations des droits humains à l'encontre des migrants ont été documentées en Libye, qu'elles soient commises en mer par certains garde-côtes ou à terre, dans les centres de détention.

Fournir ces bateaux reviendrait donc pour la France à se rendre complice de ces violations et à engager sa responsabilité « pour fait internationalement illicite », plaident ces organisations.

Le tribunal doit d'abord dire s'il valide ou rejette le recours en suspension de la livraison déposé devant lui, avant d'éventuellement rendre un avis. Cette première phase devrait prendre moins de 3 semaines. La délibération sur la légalité de la livraison pourrait, elle, durer des mois.

La France se rend complice de crimes...

Libye

11 chaînes de télévision interdites dans l'est du pays

Reporters sans frontières (RSF) réclame des explications au gouvernement intérimaire, basé… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.