Madagascar: Le référendum n'aura pas lieu le 27 mai

Président Andry Rajoelina

Le référendum à Madagascar n'aura finalement pas lieu le 27 mai, le jour des élections législatives, comme l'avait annoncé le gouvernement. La Haute Cour constitutionnelle, la plus haute instance du pays, a rendu jeudi en début de soirée un avis défavorable. Le président de la République Andry Rajoelina, qui avait pourtant déjà signé un décret de convocation des électeurs vendredi 19 avril, a réagi sur ses réseaux sociaux dans la foulée.

Sur une photo en noir et blanc, Andry Rajoelina apparaît, visage fermé, en train de lire un document. En légende, il déplore : « Hélas, nous sommes aujourd'hui freinés dans notre élan pour la réalisation de la décentralisation effective ».

Comprendre : le chef de l'État prend acte de la décision de la Haute Cour constitutionnelle, la HCC, et la regrette.

Vendredi 19 avril, Andry Rajoelina a signé en Conseil des ministres un décret de convocation des électeurs pour un référendum prévu le même jour que les législatives, le 27 mai.

Le but, une modification de la Constitution sur deux points : d'abord, le remplacement des gouverneurs à la place des chefs de région et ensuite la suppression du Sénat.

Devant les réactions indignées de la société civile, le chef de l'État a indiqué mercredi sur plusieurs télés avoir déposé une demande de constitutionnalité auprès de la HCC.

Or, la plus haute instance du pays est formelle : le président de la République est habilité à organiser un référendum de consultation ou de ratification, mais pas en matière de révision constitutionnelle.

Rina Rakotomanga, la directrice de la communication du chef de l'État, indique sur sa page Facebook qu'il faudra attendre que la nouvelle Assemblée nationale soit élue avant de modifier la Constitution.

Cet avis défavorable est un camouflet pour Andry Rajoelina. La suppression du Sénat ainsi que la décentralisation faisaient partie de ses promesses de campagne.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.