Libye: Le gouvernement de Tripoli critique la communauté internationale et la France

Libya National Army vehicles on a road in Libya.

Alors que les combats ont fait rage jeudi au sud de la capitale libyenne, le gouvernement de Tripoli n'oublie pas de mener une guerre diplomatique. Malgré le soutien de l'ONU, le gouvernement de Tripoli dénonce les ambiguïtés de la communauté internationale et notamment de la France. Le 18 avril, le ministre de l'Intérieur de Tripoli, Fathi Bachagha, a décidé de suspendre une collaboration de formation sécuritaire avec la France pour dénoncer son rôle de soutien à Khalifa Haftar. Le ministre insiste sur l'indépendance de son pays pour justifier ses actes et propos.

Le ministre de l'Intérieur Fathi Bachagha n'hésite pas à convoquer les heures sombres de la France pour dénoncer son soutien à Khalifa Haftar : « Je considère la situation actuelle, le soutien de la France à Haftar et au gouvernement parallèle, comparable à la Seconde Guerre mondiale quand l'Allemagne a soutenu le gouvernement illégitime de Vichy. »

Plus largement, le ministre pointe du doigt les divisions internationales qui paralysent le travail de l'ONU. Pour lui, la Libye est notamment une victime collatérale de la diplomatie des pétrodollars venus notamment des Émirats arabes unis.

« La mission des Nations unies en Libye veut aider le pays, a-t-il affirmé, mais nous pouvons constater que l'intérêt de l'argent et la corruption politique sont plus forts que la volonté de l'ONU. »

Élections, dialogues, accords politiques, Fathi Bachagha n'exclut aucune solution, mais refuse dans tous les cas la présence de Khalifa Haftar.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.